10.2 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

Le célèbre détective britannique Sherlock Holmes mène l’enquête en Limousin sous la plume de Jean-Louis Boudrie

Sherlock Holmes en Limousin ? Et oui cela existe bien. Personnage emblématique créé par Conan Doyle et affublé de son célèbre acolyte Watson, Sherlock se déplace en Haute-Vienne et à Limoges sous les doigts habiles de Jean-Louis Boudrie, écrivain.

C’était samedi après-midi et l’écrivain haut-viennois, Jean-Louis Boudrie venait présenter ses deux romans à la petite médiathèque de Nantiat. Sherlock Holmes en Limousin et Sherlock Holmes à Limoges, deux aventures, deux enquêtes menées sur un territoire dont l’auteur nous explique la naissance et l’écriture.

Sherlock, un personnage emblématique

Il est arrivé samedi après-midi, un peu par surprise, habillé de sa casquette, son costume « so british », sa pipe et sa houppelande… «Avant même que mon éditeur me demande d’écrire les aventures de Sherlock Holmes en Limousin, je possédais le costume dans mon bureau» nous explique l’écrivain, auteur de 4 romans, avant de poursuivre sur son aventure littéraire un peu particulière et baignée dans un décor haut-viennois ou trésor du roi Richard cœur de lion, château de Châlus et porcelaine de Limoges se superposent et entrainent les lecteurs.

Jean-Louis Boudrie avait déjà la panoplie du détective anglais dans son bureau © Nathalie Petoux

Si Sherlock Holmes n’est pas vraiment réel, il a pris forme au cours des dernières décennies, dans les livres, les bandes dessinées, les séries télévisées et même les films. Doté d’un sens de l’observation inné, une intelligence hors norme qui lui permet d’aller beaucoup plus vite que nous dans ses déductions, Sherlock Holmes émet des hypothèses, des déductions et des conclusions qui soulignent un « esprit froid’ », positiviste.

Et de ce tempérament singulier, l’enquêteur s’est aventuré en Limousin et fera sans doute sourire les gens du cru avec des lignes directrices et relatives aux métiers d’ici par exemple (feuillardier, maréchal ferrant, aubergiste ou forgeron), aux produits locaux ou à des noms de personnages bien trouvés (les gendarmes portent tous des noms de vin).

Pour s’emparer du personnage, Jean-Louis Boudrie raconte qu’il a d’abord dû « reprendre les études » et se plonger dans de nombreux ouvrages, comme celui de Conan Doyle. Il a ainsi écumé une trentaine d’ouvrages sur les soixante existants. Et de nous livrer que Sherlock se voit comme un artiste à représentation et qu’il faut s’attendre à tout avec lui. Si Sherlock est un personnage très secret, son fidèle Watson, avec qui il mène l’enquête, apporte quant à lui une touche d’humanité. Souvent dans le rôle du narrateur, Watson arrive à comprendre et dénouer les problèmes que Sherlock trouve bien trop simplets à résoudre.

Des objets et personnages qui disparaissent, une tasse en porcelaine lâchée par Madame Lulu, une enquête commence et un jeu de piste se déroule dans la ville de Limoges. Pour la suite, on vous invite à lire les livres…

Jean-Louis Boudrie, l’homme aux trois casquettes

L’écrivain porte trois casquettes, comme il se plait à le souligner : celle de médecin, celle d’écrivain et celle de chasseur. Jean-Louis Boudrie a toujours eu la passion de la lecture et l’écriture, transmises par ses parents. Il explique que dans son enfance, sa famille était bercée dans le livre, les vieilles pierres, la géologie ou encore l’archéologie ; tout cela a encouragé l’auteur à beaucoup lire, puis écrire, bien évidemment.

Après un problème de santé qui l’immobilise, Jean-Louis a un véritable déclic et comprend que l’important n’est pas de savoir si on écrit ou pas, mais le jour où les écrits partent dans une boite aux lettres. «On lâche l’enveloppe et on se dit ça ne va pas, et puis finalement… Si ! Ça va !».

Sa formation de médecin transpire dans les écrits de Jean-Louis Boudrie qui poursuit à sa manière l’ancestrale tradition des médecins-écrivains : Hippocrate, Nostradamus, Tchekhov, Clémenceau ou Céline sont passés par là avant lui. Si la médecine est un art, l’écriture aussi et dans les deux cas, l’homme s’y exprime avec un fond de culture, de curiosité intellectuelle, de la recherche de documentation et un souci de perfection. D’écrivain à médecin, le besoin de communiquer est présent et l’altruisme également. «Si un médecin fait 30 consultations par jour il imaginera 30 scénarios et c’est ça qui fait le lien».

Pour l’écriture de ses romans et ceux de Sherlock Holmes, Jean-Louis Boudrie explique que les situations dramatiques de son métier de médecin l’influencent dans son écriture mais il ne les exploite bien évidemment pas, secret médical oblige. Sa passion pour la chasse lui permet aussi d’utiliser un langage spécifique qui pioche dans le vocabulaire des chasseurs du passé (il y a un lexique pour aider les lecteurs dans les romans). Gravure de chasse volante où un personnage suit un but imaginaire, une malédiction et une recherche de dulcinée… tout près de Lalande on pense comme Sir Arthur Conan Doyle et on se téléporte, par la pensée, dans les brumes épaisses et mystérieuses de l’Angleterre.

Pratique

Les romans de Jean-Louis Boudrie se trouvent dans les librairies et sur les principaux sites internet de vente en ligne (Fnac Amazon…)

Editions « La Geste »

Et pour la page « Babelio » de Jean-Louis Boudrie, c’est par là.

Nathalie Petoux
Nathalie Petoux
Correspondante Actus Limousin en Haute-Vienne

A la une

Plus d'articles