9.7 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

Les tribulations d’un limousin en Égypte, la « collection Périchon-Bey » à l’honneur au Musée des Beaux-Arts de Limoges

Jusqu’au 10 mars 2024, le musée des Beaux-Arts de Limoges accueille, dans sa galerie temporaire, une exposition exceptionnelle consacrée à l’Égypte à travers l’histoire et la collection de Jean-André Périchon-Bey, un maître-ingénieur natif de Bessines qui se passionna pour l’égyptologie durant les 22 années qu’il passa au pays des Pharaons.

Les tribulations d’un limousin en Égypte

Après la brève conquête napoléonienne qui vit l’Égypte devenir française pendant près de 3 années (1798-1801), et une tout aussi brève conquête britannique, l’ottoman Méhémet Ali prend le pouvoir des mains des mamelouks et devient le premier vice-roi d’une dynastie qui règnera sur l’Égypte jusqu’en 1914. Il lance un vaste programme de modernisation du pays et fait appel à des spécialistes français pour doter le pays d’infrastructures « à l’occidentale ». C’est lui qui envisagera notamment la construction du canal de Suez construit une dizaine d’année après sa mort sous l’impulsion du français Ferdinand de Lesseps…

Les liens entre les dirigeants égyptiens et la France sont forts à cette époque, la plupart ont suivi une instruction dans les grandes écoles françaises, et un grand nombre d’ingénieurs français occupent des postes à responsabilité dans le pays. C’est grâce à cet élan francophile que Jean-André Périchon, natif de Bessines et maître-ingénieur des Arts et Métiers, partira en Égypte en 1885, pour le compte de la société JF Cail & Cie, installer des machines avant de devenir directeur des sucreries de Rodah à partir de 1887.

Sur ces terres chargées d’histoire, il se passionnera rapidement pour l’archéologie, mènera de nombreuses campagnes de fouilles, en toute légalité, et commencera à collectionner les « trésors ». Il restera en Égypte jusqu’en 1907, après avoir été érigé « bey » (« chef de clan », essentiellement utilisé comme titre honorifique au XIXème siècle) par Abbas II, le dernier khédive d’Égypte. De ses « 20 années d’égyptologie », il ramènera quelques 4000 pièces en Limousin et les exposera dans la « villa Rodah » qu’il fit construire à Bessines.

A sa mort en 1929, ses pièces seront partagées entre ses héritiers et sa femme fît don de ses 2000 pièces au Musée de Limoges. Les autres pièces ont connu des fortunes diverses et ont été dispersées entre les musées (Le Louvre, Bruxelles) et les collectionneurs particuliers.

En novembre dernier, la maison d’éditions limougeaude « Les Ardents Editeurs » a publié une biographie de Jean-André Périchon-Bey écrite par l’historien rochelais Thomas Duranteau : « Cannes à sucre et sarcophage ».

« Une vie en Egypte, Périchon-Bey et sa collection »

Suite au vaste travail de recherche réalisé par Thomas Duranteau, qui a consacré 8 années à l’étude de la vie égyptienne du plus limousin des égyptologues, le Musée des Beaux Arts de Limoges a donc décidé d’organiser une grande exposition rétrospective sur la vie de Jean-André Périchon-Bey en Égypte et sur les pièces qu’il a trouvé lors de ses fouilles, dont une partie était déjà exposée dans la section « égyptienne » du musée.

Mises en valeur dans le grand espace d’exposition temporaire, près de 400 des plus belles pièces de la collection Périchon-Bey, entre les œuvres phares du fonds égyptien du musée limougeaud et des pièces inédites provenant du Musée du Louvre et du Musée Royal d’Art et d’Histoire de Bruxelles, sont à nouveau réunies en un seul et même lieux.

© Musée des Beaux-Arts de Limoges

Le parcours s’accompagne d’une rétrospective de la vie en Égypte de Jean-André Périchon et propose ainsi aux visiteurs un voyage entre l’époque antique et l’époque de modernisation de l’un des pays les plus fascinants au Monde. « Une vie en Egypte, Périchon-Bey et sa collection » est une exposition incontournable, à voir au Musée des Beaux-Arts de Limoges jusqu’au 10 mars prochain.

Tarif : droit d’entrée au musée, 3€ le mercredi pour accéder à l’exposition temporaire et au fond égyptien du musée.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles