10.2 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

Non, vous n’avez pas la berlue : un « train de satellites » a bien traversé le ciel nocturne limousin

Depuis 2019, Starlink déploie sa constellation de satellites destinés à fournir les zones « blanches » en internet haut-débit. Ces derniers jours, un train d’une cinquantaine de satellites a survolé la France, il était particulièrement bien visible hier soir au dessus du Limousin et ça sera encore le cas ce soir.

Si vous aviez le nez en l’air hier soir vers 21h50, vous avez sûrement cru avoir la berlue ! Pendant quelques minutes, une ligne bien droite, constituée d’une cinquantaine de petits points lumineux régulièrement espacés, a traversé le ciel limousin dans le sens Nord-Sud avant de disparaitre à l’horizon. Une pluie de comètes ? Des extra-terrestres ?

Non… Il s’agissait d’un « train de satellites » du projet Starlink de l’entreprise Space X fondée par Elon Musk, aussi patron de Tesla. Annoncé au début de l’année 2015, le projet Starlink est donc en train de devenir très rapidement réalité. L’objectif de Starlink est de fournir un accès à internet haut-débit par satellite sur un grand nombre de zones encore « blanches » c’est à dire sans connexion à internet.

Et pour réaliser cette prouesse technologique, Starlink s’appuie sur le savoir-faire de sa maison-mère Space X qui a réussi l’incroyable prouesse de se faire, en moins de 20 ans, une place de premier plan dans le milieu aérospatial. Depuis 2019, SpaceX a ainsi lancé quelques 2600 satellites Starlink en orbite autour de la Terre. Les satellites sont déployés par cinquantaine, mis en orbite autour de la Terre grâce à un seul lanceur Falcon 9 qui retourne ensuite sur la base SpaceX en Floride pour être réutilisé.

Entre fascination et inquiétude, l’humanité plonge tête baissée dans la science-fiction

Si l’on s’était habitué à voir passer, dans nos ciels nocturnes, les « fausses étoiles filantes » que sont les satellites, la vision d’un train de satellite provoque un tout autre effet. Vu d’en bas, on mesure pleinement la colonisation spatiale en cours tant la rectitude du train de satellites ne laisse place à aucun doute sur son origine humaine. C’est fascinant à voir, mais ça fiche un peu la trouille aussi !

En effet, en seulement 3 ans, les 2500 satellites de Starlink représentent déjà plus de 1/3 des satellites en orbite terrestre et Space X prévoit de déployer 12 000 qui graviteront autour de la Terre à une altitude comprise entre 340 et 1150 kilomètres. Pendant ce temps, Amazon prévoit d’en lancer plus de 3 000 et Oneweb jusqu’à 2 000. Et la phase 2 du projet Starlink comporte le déploiement de 30 000 autres satellites « lourds ». Soit un total de 47 000 nouveaux satellites en orbite dans les années à venir, 10 fois plus qu’il y’a seulement 2 ans !

Certes, on ne peut qu’être impressionné par la capacité d’Elon Musk, via Tesla et Space X, à avoir réussi à intégrer très rapidement deux secteurs clés de l’humanité industrielle : l’automobile et l’astronautique.  Deux cercles très fermés pourtant que le, tout aussi brillant que polémique, chef d’entreprise a réussi à bousculer pour faire faire un grand bond en avant à l’innovation industrielle.

Mais on peut tout autant être inquiet par cette colonisation galopante et démesurée de l’orbite terrestre ! Car même si Starlink affirme tout faire pour réduire la pollution lumineuse et les débris en orbite, une multiplication par 10 du nombre de satellites en quelques années, sans aucun aval du reste des terriens, ressemble vraiment à un tour de force pour prendre le contrôle d’une bonne partie de notre ciel, de notre ciel à tous, au grand dam des astronomes, des photographes, des poètes et des rêveurs.

Fasciné ? Inquiet ? Curieux ? Pour en savoir plus sur le projet Starlink, vous pouvez visiter le site de l’entreprise. Et si vous voulez savoir quand passera le prochain train de satellites dans votre coin de ciel à vous, vous pourrez tout savoir sur les prochains passages sur le site « Find Starlink ».

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles