10.2 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

Biopythos remet les antiques jarres de la Grèce au goût du jour pour l’élevage du vin

La création du Pôle Européen de la Céramique en 2005 a permis de donner un sérieux coup d’accélérateur aux innovations dans le secteur. Depuis quelques années, des entreprises limougeaudes développent des produits ingénieux grâce aux excellentes propriétés de la céramique. Aujourd’hui, zoom sur Biopythos : des spécialistes de la fabrication de jarres pouvant contenir jusqu’à 550 L pour l’élevage du vin.

Utilisées par les Grecs dès -800 av. JC, les pithos sont des grandes jarres en céramique qui servaient à stocker les denrées agricoles ou à faire fermenter le moût de raisin. Elles ont été utilisées en Grèce jusqu’à la seconde moitié du XXème siècle ; une belle longévité d’une vingtaine de siècles qui a de quoi épater quand nos produits actuels deviennent obsolètes en un clin d’œil…

Et les pithoï sont déjà en passe de connaitre une nouvelle jeunesse grâce à une entreprise très prometteuse installée à Bonnac-La-Côte : Biopythos. L’entreprise s’est spécialisée dans la fabrication de grandes jarres et d’œufs en grès et en porcelaine destinés notamment à être utilisés pour l’élevage du vin en alternative aux traditionnels fûts de chêne ou aux cuves en inox.

C’est pour répondre à une demande en provenance de la région bordelaise que l’entreprise a vu le jour, en 2016, grâce à Michaël Lesvigne et ses 3 associés, tous issus du monde la céramique et convaincus qu’au pays du vin, il y avait sûrement des débouchés pour ce type de produit déjà fabriqués en Italie ou en Chine. 6 ans plus tard, l’entreprise se porte très bien et connait une croissance impressionnante. Elle devrait d’ailleurs s’installer dans de nouveaux ateliers à Panazol et recruter de nouveaux opérateurs d’ici peu.

Biopythos a aussi été distinguée pour ses innovations techniques et notamment pour ses systèmes d’impression 3D en céramique. Il faut dire que le processus de fabrication de Biopythos est très technique car la fabrication de pièces en céramique d’un aussi gros volume n’est pas évidente. Le processus complexe a d’ailleurs été mis au point en collaboration avec les Porcelaines JL Coquet.

Une vinification similaire aux fûts de chêne mais un goût plus minéral et non boisé

Biopythos vient donc proposer une alternative aux fûts de chêne ou au cuve inox. Si le bois a démontré ses qualités pour l’oxygénation du vin, cela va forcément de paire avec l’ajout d’un goût boisé qui n’est pas toujours ce que recherche les viticulteurs. Avec la céramique, les jarres et les oeufs de Biopythos permettent donc de ne pas altérer le goût du vin et font ressortir d’avantage les goûts propres à chaque production. Il en ressort « un vin fruité, frais et précis sans arôme boisé pour mettre en valeur le terroir et le travail du vigneron ».

Aujourd’hui, Biopythos travaille en étroite collaboration avec des vignerons partenaires qui testent les modèles et aiguillent l’équipe sur les optimisations possibles sur certains produits ou sur la création de nouveaux accessoires. L’entreprise a actuellement en catalogue des jarres et des oeufs en céramique d’une contenance allant de 3 litres à 550 litres et toute une panoplie d’accessoires (bondes, robinets, supports) pour s’adapter aux différents besoins de ses clients.

Nominée au Trophées des Entreprises de la CCI, catégorie « Elles innovent », Biopythos est un nouvel exemple que l’innovation dans la céramique a bien le vent en poupe en terre limougeaude. Si la porcelaine de Limoges a connu de plus belles heures, les savoir-faire acquis durant des siècles de création céramique sont aujourd’hui une véritable richesse pour le tissu économique local.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web de Biopythos.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles