21.4 C
Région Limousin
samedi 13 juillet 2024

Du rififi chez les porcelainiers : corbeau, perquisitions d’usines et plaintes pour dénonciations calomnieuses

A Limoges, le « milieu » c’est le petit monde de la porcelaine et contrairement à ses apparences tout n’y est pas blanc, fin et délicat !

Qui l’eut cru ? Le petit monde des porcelainiers de Limoges est agité par une affaire étrange depuis quelques mois : un « corbeau » aurait transmis à la DGCCRF (« Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes ») des informations sur certaines manufactures de porcelaine de Limoges indiquant qu’elles pourraient importer de la porcelaine fabriquée en Asie.

Des accusations prises très au sérieux par la DGCCRF puisqu’elles ont donné lieu à plusieurs  perquisitions, par 70 agents de la répression des fraudes et des forces de l’ordre, dans deux boutiques à Paris et Bordeaux et surtout au siège de l’entreprise Bernardaud et dans l’usine de la Société Limousine de Fabrication de Porcelaines, propriété de Bernardaud, à Oradour-sur-Glane. Du matériel informatique a été saisi, l’enquête est toujours en cours et, du côté du fabricant, on réfute bien évidemment toute pratique frauduleuse et on va même jusqu’à soupçonner un concurrent d’être le « corbeau » et de vouloir semer la zizanie.

Bernardaud et l’association « IG Porcelaine de Limoges », dont Michel Bernardaud est par ailleurs le président, viennent donc de déposer, auprès du procureur de la République, des plaintes pour dénonciations calomnieuses estimant que l’image de l’entreprise et de l’IGP avait été écornée par ces allégations de fraude.

L’enquête de la DGCCRF en cours étant de nature pénale, aucune information n’a pu pour l’instant être révélée et il faudra attendre une communication officielle pour connaitre le résultat des investigations. Affaire à suivre…

Une « Indication Géographique » homologuée depuis 2017

Depuis 2013, l’Etat français a étendu aux produits manufacturés la possibilité de demander la labellisation d’Indication Géographique afin de protéger les savoir-faire du terroir français de la concurrence internationale et notamment de certains industriels chinois, maitres de la contrefaçon. En 2017, la « Porcelaine de Limoges » a été la 3ème IG homologuée en France, qui en compte désormais 14 avec les tapis d’Aubusson, les couteaux de Laguiole ou encore les charentaises du Périgord…

La dénomination « Porcelaine de Limoges » ne peut donc désormais être apposée que sur des produits en porcelaine fabriqués selon un cahier des charges précis et exclusivement dans le département de la Haute-Vienne. Une décision qui avait alors été contestée par les porcelaines Deshoulières, dont le site de production principal est localisé dans le Berry, mais logiquement validée par la Cour de Cassation en avril 2021.

L’objectif de cette « Indication Géographique » c’est bien de valoriser et de protéger le savoir-faire presque tri-centenaire des fabricants de porcelaines de Limoges pour redévelopper le secteur et redynamiser le territoire. Aujourd’hui, le département de la Haute-Vienne compte 33 entreprises certifiées « Indication Géographique – Porcelaine de Limoges ».

En 2018, du faux « Limoges » à la boutique de l’Elysée…

En septembre 2018, quelques mois après l’homologation de cette « Indication Géographique – Porcelaine de Limoges », une affaire « croquignolesque » avait défrayé la chronique : des mugs, à l’effigie du Président de la République et vendus sur la boutique officielle de l’Elysée, ne respectaient pas les conditions du label. En effet, estampillés « porcelaine de Limoges », ils étaient produits par une société basée en Dordogne et décorés à Toulouse.

© boutique.elysee.fr

Or, pour inscrire la fameuse appellation sur un produit, il faut qu’il soit fabriqué ET décoré dans le département de la Haute-Vienne. La société Mug In France qui fabriquait ces fameux mugs avait plaidé sa bonne foi et avoué sa méconnaissance des critères de la récente « IG » sans fournir pour autant plus de détails sur le lieu de production afin de lever les doutes de l’association IG Porcelaine de Limoges qui n’avait pas réussi à retrouver le fabricant parmi ses adhérents.

L’entreprise ne fournit plus la boutique de l’Elysée qui commercialise désormais des mugs en « porcelaine de France » fabriqués par la société Pillivuyt à Mehun-sur-Yevres, dans le Cher…

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles