13.6 C
Région Limousin
lundi 20 mai 2024

Une « Convention des Entreprises pour le Climat » Nouvelle-Aquitaine a vu le jour et sera présentée à Ester le 15 octobre

Comment faire évoluer son entreprise face au changement climatique ? Comment la transformer pour développer un « business model » vertueux ? La Convention des Entreprises pour le Climat a décidé d’enclencher un mouvement de transition avec les chefs d’entreprises. La déclinaison néo-aquitaine a été lancée en septembre et sera présentée à ESTER Technopole lors d’un petit-déjeuner le 15 octobre prochain.

Si certains des fleurons de l’industrie nationale tentent de reverdir leur image en déboursant des millions en sponsoring d’événements sportifs, sans pour autant bouger d’un iota sur leur « business model », nombreux sont les chefs d’entreprises qui savent que leur activité a des   impacts sur l’environnement mais ne savent par où commencer pour développer un modèle plus vertueux mais qui ne mettrait pas en péril la viabilité économique de leurs sociétés.

Ils sont coincés, comme beaucoup d’entre nous, dans ce que Pierre Peyretou, professeur à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris, a schématisé avec son « triangle de l’inaction »…

« Le triangle de l’inaction » : ok pour le changement mais allez-y d’abord, moi je vous suis… © Pierre Peyretou

La bonne nouvelle c’est que la « Convention des Entreprises pour le Climat » commence à se déployer dans toute la France avec pour objectif de rassembler et d’aider les entreprises qui veulent prendre part à l’inévitable transition que notre société doit enclencher.

Émergence d’une « Convention des Entreprises pour le Climat »

Entre 2019 et 2020, l’expérimentation de la Convention citoyenne pour le climat a réuni 150 volontaires tirés au sort pour qu’ils réfléchissent ensemble à des solutions qui permettraient de diminuer, en France, les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2030. Les 150 participants, éclairés par des experts, ont travaillé pendant 6 mois afin de formuler 149 propositions concrètes autour de 5 grandes thématiques : se nourrir, se loger, travailler et produire, se déplacer, consommer. Le rapport final a été approuvé à 95% démontrant tout l’intérêt de cette expérimentation participative et de la recherche de solutions consensuelles.

Inspirés par cette expérimentation citoyenne, 150 dirigeants d’entreprises ont décidé, entre septembre 2021 et juin 2022, de se réunir et de réfléchir ensemble à des propositions de transformation environnementale impactantes destinées à être mises en œuvre dans les entreprises.

Grâce à ce travail collaboratif, la première « Convention des Entreprises pour le Climat » a pu définir et adopter 10 mesures qui permettraient de « changer la donne » :

  1. Formation obligatoire des décideurs économiques et des comités de direction aux enjeux de la transition écologique,
  2. Formation obligatoire des salariés et des représentants du personnel aux enjeux de la transition écologique,
  3. Formation des salariés aux gestes de la transition et aux compétences de demain
  4. Réalisation obligatoire d’un bilan carbone « scope 3 » pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés,
  5. Rémunération des dirigeants conditionnées à la réussite de critères environnementaux,
  6. Utilisation de mobilités moins polluantes en entreprises,
  7. Accélération de la rénovation énergétique des bâtiments,
  8. Disparition des niches fiscales nuisibles à l’environnement,
  9. Éco-conditionnalité de l’accès aux marchés et financements publics,
  10. Création d’un indice « R3 » (Réemploi, Réparabilité, Recyclabilité)

Mise en place de déclinaisons territoriales et opérationnelles

Suite au succès de la 1ère édition nationale, la « CEC » commence à se décliner à une échelle territoriale et de mettre en place des parcours pédagogiques et méthodologiques pour aider les chefs d’entreprises à sortir du « triangle de l’inaction » et à réussir à passer d’un modèle économique « extractif » à un modèle économique « régénératif ».

Les parcours sont construits en 6 sessions permettant à chaque entreprise d’adapter la réflexion à son activité et de définir les modalités pour passer d’un modèle « business as usual » à un modèle d’entreprise « régénératrice » :

  • Session 1 – « Constat et Monde d’après » : état des lieux, prise de conscience et projection dans l’action,
  • Session 2 – « Nouveau cap régénératif » : réflexion sur les contours d’un nouveau modèle économique soutenable,
  • Session 3 – « Entreprendre avec le vivant » : exploration et itération de nouveaux modèles économiques régénératifs,
  • Session 4 – « Nouvelle boussole » : définition de modalités de la transformation, exploration de nouveaux outils au service de la transition,
  • Session 5 – « Coopérer avec les écosystèmes » : embarquer et mobiliser en interne comme en externe, s’ouvrir aux coopérations,
  • Session 6 – « Prendre son envol » : finalisation des feuilles de route et bilan

 

Passer d’un modèle économique « extractif » à un modèle « régénératif » en 6 étapes © cec-impact.org

L’objectif est bien de permettre aux entreprises de continuer à faire du « business » tout en les aidant à trouver les modalités pour que leur activité contribue désormais à la création de valeur environnementale..

Une « CEC Nouvelle-Aquitaine » lancée en septembre

Après les Alpes, la Provence ou encore la Bourgogne-Franche-Comté, une CEC territoriale a vu le jour en Nouvelle-Aquitaine. La soirée de lancement s’est tenue le 13 septembre dernier à Cap Sciences à Bordeaux et une 60 d’entreprises néo-aquitaines se sont embarquées dans une aventure qui durera 9 mois.

Il reste encore 20 places pour des entreprises désireuses de rejoindre le parcours. Si vous êtes intéressé, un petit-déjeuner de présentation aura lieu à Ester Technopole le vendredi 15 Octobre à 8h. Pour toute information ou pour vous inscrire, prenez contact directement avec la « Convention des Entreprises pour le Climat » via Linkedin ou via le site officiel.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles