15.9 C
Région Limousin
samedi 13 avril 2024

Bureaux partagés et tiers-lieux, à la ville comme à la campagne, le développement des espace de « coworking » continue

Longtemps associés au monde des « startupers » et des « freelances », les espaces de coworking se sont multipliés ces dernières années. Lieu de travail mais aussi de lien social, les bureaux partagés et tiers-lieux séduisent une large clientèle de travailleurs numérique et de plus en plus de salariés.

C’est une chute qui aura fait frissonner tout un écosystème. WeWork, le géant américain des espaces de coworking, s’est déclaré en cessation de paiement aux Etats-Unis et au Canada à la fin de l’année 2023. Une bombe qui signe la fin du phénomène coworking ? Pas vraiment si l’on en croit Clément Alteresco, CEO de Morning, à la tête de 45 espaces bureaux partagés à Paris et alentours, qui déclarait sur à nos confrères du site Maddyness : « Globalement, le modèle du coworking n’est pas remis en cause. « WeWork », c’est un phénomène à part. Il y a eu une mauvaise gestion de départ d’une licorne qui croît à toute vitesse, en ne faisant absolument pas attention à son modèle économique de base. Quand on fait n’importe quoi, cela ne marche pas ». Rien d’alarmant donc pour ce secteur en plein développement.

De 360 espaces de coworking en 2015 à 3600 en 2023 !

Selon une étude de la plateforme digitale Ubiq, spécialisée dans l’immobilier de bureau, il y avait en France 360 espaces de coworking en 2015, 1 700 en 2019 et 2 787 en 2021, soit une augmentation de 60 % en deux ans. En 2023, toujours selon l’étude « Ubiqdata », le parc des acteurs du coworking en France dépasse le million de mètres carrés et 3591 espaces ont été identifiés. Parmi ces espaces, le bureau opéré, qui désigne un lieu de travail privé loué avec un contrat de prestation de services, connait une hausse spectaculaire de 46 %.

Si, à l’origine, le coworking était généralement associé aux startups, la situation a évolué et on y croise désormais aussi bien des créateurs d’entreprises que des « télétravailleurs ». Ces espaces répondent parfaitement aux besoins d’une nouvelle génération de travailleurs très « digitaux ». Outre les services, de plus en plus de lieux proposent des actions qui prennent la forme de conférences, ateliers, rencontres et évènements (soirées, workshops, etc.). Cette diversité constitue une source d’émulation et peut être à l’origine de nouveaux projets ou collaborations.

La location d’un poste de travail dans un espace de coworking présente aussi des avantages solution économique et permet de profiter d’un bureau à la journée ou à la demi-journée, à temps plein ou à mi-temps, tout en réduisant les coûts liés à la location, notamment dans les grandes villes où les prix au m² s’envolent. Les usages ont également évolué : seuls 12% des espaces de coworking sont en open space, le reste étant des bureaux privatifs fermés.

Selon une étude du site Atypiwork, les principaux intérêts qu’y trouvent les coworkers sont :

  • développer son réseau, ne plus être isolé, travailler en groupe,
  • pouvoir recevoir des clients / fournisseurs hors domicile,
  • être proche du domicile pour passer moins de temps dans les transports,
  • être libre de pouvoir changer de décor ou profiter d’un lieu atypique,
  • profiter de la flexibilité des réservations et de la réduction des coûts liés à un bureau fixe.

Une offre qui s’étend et  se diversifie

Le « phénomène coworking » n’est plus cantonné aux grandes métropoles et touche de plus en plus de villes de taille moyenne et de territoires ruraux. La Haute-Vienne n’échappe pas à la règle que ce soit dans des structures dédiées , des tiers-lieux associatifs ou municipaux ou dans des espaces de bureau partagés. De nombreux hôtels proposent désormais des espaces dédiés, destinés non seulement à leurs clients mais aussi aux professionnels extérieurs…

Le coworking s’est donc démocratisé. Ce n’est plus seulement une affaire de « freelances » et de « startupers », il séduit désormais les salariés et les entreprises, publiques et privées, en particulier ceux qui ont apprécié le télétravail forcé pendant la crise du Covid et ce, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle. Bienvenue dans l’ère du « Flex office » !

4 lieux, 4 ambiances…

En attendant de vous proposer, dans un prochain article, une liste exhaustive de tous les espaces de coworking en Limousin, voici quelques exemples des plus emblématiques de la Haute-Vienne…

L’Escalier à Saint-Léonard de Noblat

Créé fin 2018 à Saint-Léonard-de-Noblat, l’Escalier est devenu un lieu incontournable de la cité des Miaulétous. Initié par l’entrepreneur Vincent Robert, ce « tiers-lieu » est installé dans une bâtisse ancienne, avec un escalier majestueux qui dessert les différents espaces : salles de réunions, bureaux, café associatif…

Espace de travail collaboratif et partagé, l’Escalier est aussi labellisé « réseau France service » et « grande école du numérique » et porte un projet d’inclusion numérique qui couvre les territoires de Noblat et des Portes de Vassivière (17630 habitants sur 24 communes).

Plus d’informations sur lescalier87.org

Le Phare, pionnier à Limoges

Le Phare a été créé en 2013 par Adrien Boisdevesy, à une époque où bien peu croyaient à ce concept. Le grand local de plus de 700m², situé 50 boulevard Gambetta, permet de disposer de dix bureaux fermés, de trois salles de réunion pour six à vingt-quatre utilisateurs. Tout au long de l’année, son espace d’accueil de plus de 100 m² se transforme pour des événements professionnels ou culturels (conférences, expositions, concerts, etc.).

Pour en savoir plus : lepharelimoges.com

Le Cantou à Limoges

Depuis 2016, Le Cantou est installé dans un appartement bourgeois de 220 m² découpé en plusieurs espaces, au 29 de l’Avenue de la Révolution à Limoges. On y trouve des salles de réunion, une grande salle pour organiser des formations ou des ateliers et une cuisine où les coworkers se retrouvent pour un moment de pause et de convivialité.

Pour en savoir plus : lecantou-coworking.com

Héméra, le cowork « haut-de-gamme » à Limoges

Spécialiste bordelais du coworking, le groupe « Héméra » a investi près de 3 millions d’euros pour transformer l’ancien hôtel de commandement de Limoges, place Jourdan, en un espace de coworking haut de gamme de 1 100 m², et va  prochainement ouvrir un deuxième site à Limoges, au-dessus des bureaux de la Caisse d’Epargne située rue d’Isly, où les utilisateurs pourront profiter d’un « rooftop » avec vue à 360° au coeur de la ville.

Plus d’informations sur : hemera.camp

Une salle de réunion à Héméra Jourdan à Limoges © Hemera
Yanic De Borie
Yanic De Borie
Correspondant Actus Limousin

A la une

Plus d'articles