2.2 C
Région Limousin
jeudi 18 avril 2024

La brasserie Michard a dévoilé son premier whisky single malt limousin 15 ans d’âge

Enseigne bien connue des amateurs de bières limougeauds, la brasserie Michard s’est lancée il y’a quelques années dans la production de whisky. Grâce à son bel alambic cuivré, un savoir-faire transmis de père en fille et beaucoup de patience, Julie Michard vient de dévoiler le premier whisky « 15 ans d’âge » de la brasserie familiale.

C’est en 1987 que Jean Michard se lance dans l’aventure de la micro-brasserie, bien avant la hype des bières locales puisqu’à l’époque il n’en existe que deux autres en France, alors qu’on en dénombre plus de 2000 aujourd’hui. D’abord installé au « Le Paris », à côté du cinéma les Grands Écrans, où il fabrique déjà ses bières « sous les yeux des clients », il déménage ensuite tout son attirail de l’autre côté de la place Denis Dussoubs dans un magnifique établissement tout de bois, de brique et de cuivre : la Brasserie Saint-Martial.

En 2001, sa fille Julie abandonne sa carrière d’opticienne pour le rejoindre dans l’aventure et accompagner le développement de l’entreprise familiale avec notamment la construction d’une nouvelle unité de production plus moderne aux abords d’ESTER. Et dans les deux établissements Michard, la carte est simple mais efficace : on peut y déguster de la bière et manger des tartes flambées, une combinaison très populaire en Alsace mais quasiment inexistante dans le reste de l’Hexagone.

Le succès est au rendez-vous, la nouvelle usine permet d’augmenter la production et l’on commence à trouver les bières Michard dans de nombreuses enseignes marchandes autour de Limoges même si l’entreprise fait le choix de conserver une production raisonnable et de viser essentiellement le marché français et le marché local en priorité.

De la bière au whisky, un alambic et c’est parti !

La bière et le whisky sont fabriqués avec les mêmes ingrédients de base, des céréales et de l’eau, mais là où la bière est obtenue par simple fermentation, le whisky requiert quant à lui des étapes supplémentaires de distillation. Comme une suite logique, en 2006, Jean Michard ayant les ingrédients de base sous la main, il s’essaye à la distillation de whisky avec un petit alambic de 100L installé dans sa brasserie. Après des essais concluants, Jean et Julie Michard décident de se lancer dans une production plus sérieuse et acquièrent une grande colonne de distillation Holstein et des fûts de chêne pour faire vieillir le breuvage.

© Brasserie Michard

Fabriqué à partir de moûts faits maison,  le whisky de la brasserie Michard sort rapidement de l’alambic et commence à être commercialisé à partir de 2013. Si le whisky « jeune » est buvable, il est généralement très fort mais il perd en alcool et gagne en saveur lorsqu’on le laisse vieillir patiemment dans des fûts de chêne ayant servis au vieillissement du bourbon, du xérès ou du sherry. C’est donc vers cette technique qui requiert de prendre son temps que le père et la fille se tournent, bien décidés à faire les choses dans les règles de l’art.

Les choses sérieuses commencent donc à partir de 2019 quand les premiers fûts de whisky Michard « vieilli » sont enfin ouverts pour libérer la première cuvée « 8 ans d’âge » de la famille. Et une nouvelle étape vient d’être franchie le week-end dernier, à l’occasion du « Limoges Spirit Festival », où Julie Michard a présenté la première production locale de whisky « 15 ans d’âge », maturé dans des fûts de xérès, un vin blanc andalou fortifié à l’eau de vie. Une cuvée de whisky « 20 ans d’âge » devrait suivre d’ici à 2 ans.

© Brasserie Michard

Faute d’avoir encore pu le gouter, nous ne pourrons pas vous renseigner sur la qualité de cette nouvelle production très atypique pour le Limousin. Il en est d’ailleurs avec le whisky comme avec le reste : des goûts et des couleurs, on ne discute pas. Mais si la distillation du whisky est un art qui ne se maitrise certainement pas en seulement quelques années, Jean et Julie Michard ont déjà prouvé qu’ils avaient un sacré savoir-faire et la bonne manie de toujours essayer de faire les choses avec passion et patience. Alors sans être un « Hakushu », il y’a quand même fort à parier que cette nouvelle cuvée aura en tout cas le goût du travail bien fait.

Pour toute information complémentaire, nous vous invitons à consulter le site de la Maison Michard.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles