12.5 C
Région Limousin
lundi 20 mai 2024

Après « Éloge du ver de terre », Christophe Gatineau vient de créer une « Ligue de protection des vers de terre »

Depuis bientôt 10 ans, l’agronome Christophe Gatineau, installé en Haute-Vienne, s’est fait le porte-parole des vers de terre auxquels il a consacré deux livres et des centaines d’articles sur son blog « le Jardin Vivant » et dans les médias nationaux. Il compte bien obtenir un statut juridique pour ses protégés et vient de créer la « Ligue de protection des vers de terre ». Ne riez pas, le sujet est on ne peut plus sérieux !

C’est en cultivant son jardin que l’auteur de « Éloge du ver de terre » s’est pris d’une véritable passion pour les lombrics et a pris la mesure du rôle qu’ils jouaient dans l’écosystème et de leur importance pour la fertilité des sols cultivés. Bien avant lui, un certain Monsieur Darwin, plutôt calé en matière d’évolution, s’était beaucoup intéressé lui-aussi aux vers de terre et écrivait : « Il est permis de douter qu’il y ait beaucoup d’autres animaux qui aient joué dans l’histoire du globe un rôle aussi important que ces créatures d’une organisation si inférieure » (dans « Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale – 1881 »)

« Éloge du ver de terre » 1 & 2, Christophe Gatineau © Jardin Vivant

Si importants donc, mais totalement ignorés, les vers de terre pâtissent eux aussi de l’activité humaine, au point que leur population, dans les sols cultivés, aurait déjà été divisée par cinq en une cinquantaine d’années sans que personne ne s’en émeuve… Alors que l’effondrement des populations d’insectes pollinisateurs a donné lieu à un grand plan national, alors que les pressions sur la biodiversité en général ont conduit à l’élaboration d’une stratégie nationale biodiversité 2030, les lombrics eux semblent systématiquement oubliés et ne peuvent donc compter que sur Christophe Gatineau pour les défendre.

Depuis 2015, Christophe Gatineau et son association « le Jardin Vivant » tentent pourtant de sensibiliser sur l’importance de prendre en compte la bonne santé des vers de terre dans le modèle agricole, car sans eux c’est une bonne partie (95%) de notre alimentation qui serait mise à mal. « L’avenir de nos générations futures repose donc aujourd’hui sur cette bestiole qui vit dans la terre. Première biomasse animale terrestre, elle est l’un des premiers marqueurs de la biodiversité et de la bonne santé des sols, et sa raréfaction signe leur santé précaire » nous prévenait-il dans « Éloge du ver de terre ». Mais si le livre a été un best-seller, les propos de l’auteur n’ont pas changé le statut des vers de terre…

Création de la « Ligue de protection des vers de terre »

« Il y a des associations de défense du loup, de l’ours, du renard, du hérisson, des oiseaux… il y a même des associations de défense de la Nature ! », et il y’a donc, depuis ce 22 avril 2024, une « Ligue de protection des vers de terre » avec un objectif clair : contribuer à la préservation et à la protection juridique des vers de terre et à leur réhabilitation dans le modèle agricole.

Quelques jours plus tôt, Christophe Gatineau avait écrit au ministre de l’agriculture pour lui rappeler que, si l’État a officiellement reconnu, en 2014 puis en 2021, le rôle incontestable des vers de terre dans la fertilité des sols, ils n’ont toujours pas de statut juridique et sont donc systématiquement ignorés dans les études sur lesquelles s’appuient les règles et les normes agricoles.

En œuvrant à la protection juridique des vers de terre, Christophe Gatineau espère que les études sur les impacts des intrants ou des outils agricoles mesurent aussi leurs effets sur la population de lombrics afin de mieux informer les agriculteurs et de les éclairer dans leurs prises de décisions car il en va finalement de la pérennité de leur terre, « outil de travail » et berceau de la majeure partie de notre alimentation…

Pour plus d’informations sur la « Ligue de protection des vers de terre », l’association et les livres de Christophe Gatineau, rendez-vous sur jardinvivant.fr.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles