22.5 C
Région Limousin
samedi 13 avril 2024

Les créations « rétro-futuristes » de Léo Vanderlick, jeune sculpteur installé au cœur de la Haute-Vienne

Il a tout juste 25 ans et cela fait déjà de nombreuses années qu’il sculpte, au gré de son imagination mais pas seulement. Inspiré par la fiction, le cinéma et la bande dessinée, Léo Vanderlick façonne, imagine et surfe sur une grande vague de projets créatifs, et devrait ouvrir prochainement un escape game dans son village de Rancon.

Léo Vanderlick revient tout juste d’Oléron où il vient d’exposer pendant deux semaines à « La
Cotinière » ; quelques semaines avant c’était à Pomponne (97) qu’il proposait ses sculptures. Si il navigue régulièrement sur tout le territoire français pour exposer dans des salons, et y remporter de nombreux prix et concours, Léo sculpte et créé son univers de sculptures au style « steampunk » à Rancon, dans le nord de la Haute-Vienne, le village où il est installé et où il a ouvert sa galerie.

© Léo Vanderlick (Instagram)

 Un enfant artiste

Enfant de parents artistes – Sandra Vanderlick est artiste peintre et Christian Vanderlick est forgeron d’armes médiévales (ils ont également une galerie d’art sur le village de Rancon), Léo a toujours baigné dans l’univers de la créativité. Né au Bénin, tout petit déjà, il récupérait bois, ossements et il essayait d’en faire quelque chose. Puis il arpente la forge de son père et ses premières sculptures naissent : il n’a que six ans.

Assidu aux cours d’arts plastiques pendant sa scolarité, Léo a toujours été « branché récup », une empreinte laissée par ses voyages en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. Il bouillonne d’imagination lorsqu’il s’agit d’assembler métal, bois, cuivre, laiton pour créer des œuvres. Il affectionne tout spécialement l’univers «steampunk» (« futur à vapeur« ), un genre littéraire issu de la science-fiction, qui imagine un futur de la société industrielle du XIXe siècle, avec des inspirations, entre autres, de l’univers de Jules Verne.

Il tente l’école Nationale Supérieure d’Art de Limoges, cela ne fonctionne pas, mais  Léo ne s’arrête pas à cela et se lance en tant qu’artiste à l’âge de 18 ans. Il expose ses œuvres et remporte de nombreux concours (« Prix des talents » à Salouël en 2019, « Artiste du mois » en 2020 au Mondial Art Academia). Mais pour lui, l’essentiel c’est sa rencontre avec le public, ce qu’il pense de son travail et les ventes qui en découlent. “Je vis de la sculpture depuis mes 18 ans, c’est énorme” soulignera-t-il.

Et il nous livre donc quelques détails de son métier avec les différentes étapes de fabrication de ses sculptures :

  • achat de matière première dans les brocantes et vide-greniers : objets divers
  • découpe et décapage à la brosse métallique
  • assemblage, forme puis fixation ou Léo visse, rivete
  • soudure, brasure et polissage
  • peinture et vernis

Un style «steampunk» qui lui va bien

Léo Vanderlick nous explique que son univers s’est tourné vers le style «steampunk» vers l’âge de 15 ans. Alors que ces parents organisaient des fêtes médiévales – dans le village de Vaulry puis à Rancon – l’univers et l’ambiance de cette période le fascinait. Les costumes, les époques, les machines à vapeur lui font imaginer des sculptures alliant des mécanismes d’horloge à la matière. Il façonne alors des pièces complètement futuristes et vintage à la fois, des pièces uniques qui nous replongent dans nos lectures d’enfance.

© Léo Vanderlick (Instagram)

Sirène au corps métallique et queue aérienne, poisson ou vaisseau venus tout droit de 20 000 lieues sous les mers ; des voitures, robots arrivant de l’année 2083 ou 2227 c’est au choix, on voyage avec Léo et pour du beau.

Un « escape game » rétro-futuriste à venir

Dans les dernières créations de Léo, futuristes, on notera des personnages mythiques de la saga Star Wars, mais aussi des animaux et des personnages inspirées de ses dernières lectures de bande dessinée. “Mon travail évolue constamment » souligne l’artiste et de nous montrer sa dernière création : une « escape box » avec cadenas, clefs, code et scénario…

Léo et son « escape box » © Nathalie Petoux

Et Léo Vanderlick de nous faire part de son grand projet de création alliant sculpture, jeu et aventure : un « escape game » sur trois étages, trois salles et trois univers différents. Il vient d’acquérir en face de sa galerie à Rancon, une maison ou il va travailler tout l’été (il ne fera donc pas d’expositions exceptionnellement cet été) à la création de trois salles à thèmes :

  • la salle Jules Verne,
  • la salle Alice aux pays des merveilles,
  • et la salle Fantôme de l’opéra.

Pour cette structure qui emmènera tout un chacun vers l’aventure, Léo reste dans le même mouvement : la création d’un espace avec des objets chinés et revisités. Il nous explique que dans cet « escape game », il n’y aura ni laser ni plastique mais des mécanismes avec poulies, vraies horloges, et objets usuels et fonctionnels revisités par ses soins. Un espace ou sa créativité et ou le prolongement de ses sculptures donneront vie à des univers rétro futuristes.

A noter que Léo a déjà sculpté et façonné trois « escape box » qu’il propose à la location afin que des groupes puissent aussi s’amuser de chez eux.

Pratique

Galerie Léo Vanderlick au 43 rue des marchands de vin à Rancon (87 290).

Page Facebook : Créations Steampunk Léo

Instagram : leovanderlick

Contact au 07.57.50.62.69.

Nathalie Petoux
Nathalie Petoux
Correspondante Actus Limousin en Haute-Vienne

A la une

Plus d'articles