21.4 C
Région Limousin
samedi 13 juillet 2024

« Best of 2023 » – Les baigneuses du plateau de Millevaches, rencontre avec Anne & Marie, adeptes du « wild swimming » en Limousin

En Angleterre, les périodes de confinement ont remis au goût du jour une pratique déjà très populaire au 19ème siècle : le « wild swimming ». Tout au long de l’année, les adeptes de la nage par tous les temps bravent des conditions parfois peu engageantes pour faire quelques brasses… revigorantes ! Rencontre avec Anne & Marie qui ont créé le groupe « The Limousin Wild Ones » et nagent dans les lacs de la région.

NDLR : Cet article a été initialement publié le 12 avril 2023 et vous est proposé en cette fin d’année dans le cadre de notre «best of 2023»

Après un week-end de Pâques radieux, le temps maussade tente un retour en ce mardi matin où je rejoins Anne Lloyd sur le parking de la plage du lac de Viam à proximité de Bugeat. Elle y attend Marie avec qui elle s’est lancée depuis quelques mois dans une activité qui fait de plus en plus d’adeptes, notamment outre-Manche : le « wild swimming », qui consiste à pratiquer la nage en eau vive tout au long de l’année et ce quelques soient les conditions météorologiques.

La petite plage du Lac de Viam attirera les « foules » locales cet été, en ce mois d’avril, pas un chat à l’horizon © Actus Limousin

Déjà très en vogue au XIXème siècle, la natation en eau vive est redevenue très tendance en Angleterre pendant les périodes de confinement imposées par l’épidémie de Covid-19. En quelques années, le « wild swimming » a conquis près de 4 millions d’adeptes au Royaume-Uni après avoir fait la une des médias locaux et été massivement popularisé par les réseaux sociaux. Il faut dire que l’on prête à la nage en eau froide de nombreuses vertus allant de l’amélioration de la circulation sanguine à la réduction du stress et de l’anxiété, du renforcement du système immunitaire à l’atténuation des inflammations.

« Les baigneuses de sa Majesté » n’ont pas froid aux yeux

Originaire du Royaume-Uni, Anne s’est installée en Limousin il y a 2 ans, lorsqu’elle a pris sa retraite après une carrière d’infirmière bien remplie. Elle vit désormais à Chavanac, au coeur du plateau de Millevaches et ne cesse de s’émerveiller de la beauté de sa terre d’accueil. Elle m’accueille avec un grand sourire et beaucoup d’énergie puis m’explique, dans un français déjà plus que correct, son parcours de vie et ses premières années en France.

Quelques minutes plus tard, Marie & Jason, eux-aussi retraités britanniques et neo-limousins, nous rejoignent avant que ces dames n’enfilent leurs combinaisons pour une trempette qui nous laisse, le Mister et moi, un peu pantois avec notre virilité emmitouflée dans nos chaudes doudounes. Pendant que Anne & Marie font des longueurs sourire aux lèvres, Jason et moi échangeons sur la marche du Monde : les conséquences du Brexit, la réforme des retraites, l’inflation et la flambée des prix de l’immobilier, l’état des systèmes de santé…

Anne & Marie enfilent leur combinaison avant d’aller piquer une tête © Actus Limousin
Seules au monde, loin de l’actualité © Actus Limousin

Pendant ce temps, Anne & Marie, plongées dans leur eau à 14°c, font des allers-retours entre la plage et le ponton, et on se dit qu’elles semblent bien loin, au moins pour un temps, de toute cette succession de nouvelles inquiétantes et qu’elles évacuent sûrement une bonne dose de stress au moment où nous, nous en rajoutons. Après plusieurs longueurs, les 2 nageuses décident de faire un essai en retirant la partie supérieure de leur combinaison et nous affirment, « qu’elle est vraiment super bonne » et qu’aujourd’hui «c’est top parce qu’il n’y a pas de vent ! »

Du matériel higtech pour vérifier « qu’elle est pas chaude ! »© Actus Limousin
Combinaison « shorty », gants néoprène, et grands sourires © Actus Limousin

Revigorées, nos deux compères se sèchent et se rhabillent avant de déguster un petit café au lait bien mérité. La discussion tourne déjà sur leurs prochaines destinations : le lac de Séchemailles, le lac de Vassivière, Treignac… Bien décidées à continuer la nage en eau vive tout au long de l’année, Anne & Marie en profitent pour visiter leur nouveau « chez elles » et se réjouissent d’avoir l’embarras du choix pour trouver des plans d’eaux quand en Angleterre de nombreux sites aquatiques sont pollués ou interdits à la baignade.

« The Limousin Wild Ones », un groupe pour partager leur passion et un peu de temps

Anne & Marie ont créé un groupe sur Facebook qui s’appelle « The Limousin Wild Ones« , que l’on pourrait traduire par « les sauvages du Limousin » (où sauvage exprime un lien avec la Nature). Elles ont commencé à pratiquer la nage en eau vive au mois de… Décembre et Marie a même fêté Noël avec une baignade. Elles proposent à tous et toutes de se joindre à elles à l’occasion de leur baignade hebdomadaire du mardi matin et de passer un moment chaleureux même avec le corps baigné dans l’eau froide.

Le froid c’est dans la tête ! © Actus Limousin

Attention, elles n’encadrent pas cette activité, l’idée est seulement de trouver une motivation commune pour affronter le froid peu engageant pendant la saison hivernale et de pouvoir pratiquer la nage en eau vive en groupe, la pratique solitaire étant vivement déconseillée. Car si le « wild swimming » a plein de vertus, il n’est pas non plus totalement sans danger mais requiert juste un peu de bon sens : être conscient de ses capacités physiques, utiliser une combinaison pour éviter l’hypothermie quand les températures sont fraiches et ne pas se mettre à l’eau seul sans personne pour vous tendre la main en cas de coup dur.

Si vous êtes intéressés pour tenter l’expérience et aller piquer une tête dans l’un des lacs du coeur du Limousin avant que les premiers baigneurs estivants ne débarquent, vous pouvez contacter Anne via la page Facebook « The Limousin Wild Ones » ou les rejoindre à l’occasion de leurs prochaines sessions :

  • le mardi 18 Avril à 11h au lac de Séchemailles à Meymac
  • le mardi 25 Avril à 11h au lac des Barriousses à Treignac

Pour ma part, je ne suis prêt à quitter le confort moelleux de ma doudoune, pour enfiler un short de bain et me mettre à l’eau, que lorsque mon thermomètre high-tech dépassera les 20°c, et seulement au prix d’un cinéma tragique à base de « glaglagla » et autre « je ne sens plus mes pieds ». Mais je me dit que si ces deux dames d’un certain âge trouvent la force de se plonger dans l’eau en toute saison et d’en ressortir tout sourire, il doit y avoir un fond de vérité dans la maxime qui dit que « le froid c’est dans la tête ». Alors qui sait ? J’arriverai peut-être à convaincre ma tête que plonger mon corps dans l’eau fraîche d’un lac limousin au printemps pourrait lui faire le plus grand bien !

Merci à Anne, Marie & Jason pour cette rencontre fort sympathique et longue vie à ce jeune groupe de « nageuses de l’extrême » en terre limousine.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

Plus d'articles