10.2 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

Les fans de pop culture s’étaient donné rendez-vous au Geek Festival d’Allassac ce week-end !

Organisée par l’association « Pixel Squad », la deuxième édition du « Allassac Geek Festival » a réuni, les 18 et 19 mai, un millier d’adeptes de mangas, de gaming, et de cosplays mais aussi des nostalgiques de jeux plus anciens.

À l’origine du « Allassac Geek Festival« , on trouve Jérémie Fouillade et l’association « Pixel Squad ». Partant du constat qu’il n’y avait pas d’évènement en Corrèze pour célébrer la pop culture, ces passionnés ont décidé de créer un rendez-vous incontournable pour les geeks, petits et grands. Bien leur en a pris, car avant même l’ouverture des portes samedi matin, de jeunes fans attendaient de pouvoir entrer dans le salon, pour partager leur passion.

Jérémie Fouillade, organisateur du « Allassac Geek Festival » © Juliette Jouve Soler

Au fait, qu’entend-on par geek ? Ce terme, qui désigne les amateurs d’informatique et de jeux vidéo a longtemps véhiculé beaucoup le cliché d’un accro à son ordinateur, asocial, fan de science-fiction, qui vit dans le noir et ne s’éloigne jamais du halo de son écran ! Mais avec l’essor de la pop culture,  dont ses passions font intégralement partie, le geek a redoré son image.

Car cette « culture populaire » qui rassemble pêle-mêle dessins animés, séries télé, mangas et jeux vidéo, attire désormais des personnes de tous âges et horizons. Il suffisait d’arpenter les allées du salon ce week-end pour croiser aussi bien des pères de famille « génération club Dorothée », que des quinquas espérant retrouver les consoles de leur enfance (ah, le fameux pong !), ou des adolescents et jeunes adultes fans de mangas.

Jérémie Fouillade revient avec nous sur 4 disciplines bien représentées lors du Geek Festival :

  • les jeux vidéos : des compétitions sur « Tekken » et « Super smash bros » (jeu de combat qui reprend les personnages connus de Nintendo comme Zelda, Super Mario ou Donkey Kong), étaient organisées lors du salon. L’occasion pour les gamers de tester leur niveau. Et Jérémie Fouillade sait de quoi il parle, ayant lui-même été classé mondialement avec Street fighter 3 il y a quelques années. Le fait que cette activité immersive et interactive soit devenue un « e sport », pratique reconnue par les instances sportives internationales, l’a rendue encore plus populaire.
Loin du cliché, les filles sont devenues aussi « geek » que les garçons © Juliette Jouve Soler

Pixel Squad insiste sur le côté plaisir et partage, et regrette que certains jeux très populaires, qui se jouent en groupe, à distance, aient généré une communauté agressive et toxique bien loin de l’esprit d’origine.

  • les mangas : ces bandes dessinées japonaises fédèrent une large communauté. Parmi les plus connus on retrouve « One piece » (une saga qui existe depuis 20 ans et dont l’auteur, Eiichiro Oda, publie un livre par mois (!) et a le chic pour glisser un détail anecdotique qui devient un élément important de nombreux livres plus tard. Parmi les autres mangas très connus, on trouve « Naruto », ou « Dragon ball »… Au « Allassac Geek Festival », les fans ont pu discuter avec le mangaka franco-ghanéen Loui, auteur de « Red Flower »  !
  • Le cosplay (abréviation de costume play) est en plein développement. Le concept ? Les fans s’immergent dans la peau de leur personnage favori. Cet art de la transformation permet aux participants d’incarner un héros de mangas, de jeux vidéo ou de film. Son origine remonte aux années 70 et à la sortie en salle de la saga Star wars. Certains spectateurs aimaient tellement la franchise qu’ils retournaient voir le film et faisaient des croquis à la main, afin de reproduire les costumes aussi fidèlement que possible.

Cette forme d’expression artistique immersive renforce un sentiment de communauté, et des compétitions officielles ont lieu. Certains poussent le concept jusqu’à se costumer, en groupe, en briques de Tetris ! Des cosplayers étaient venus de Bordeaux, comme le Spartan de Halo, pour s’immerger dans la fête d’Allassac.

Le cosplay ou l’art de se déguiser en ces héros « geek » © Juliette Jouve Soler
  • Les figurines : répliques miniatures de personnages de fiction, sont devenues des objets de collection très recherchés des fans de pop culture. Selon Pixel Squad, leur valeur est avant tout affective, l’idée étant de se faire plaisir avec un personnage qu’on aime, sans forcément dépenser énormément. Les figurines vont de quelques euros, comme les capsules gasha pons japonaises, jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour celles fabriquées avec des matériaux nobles et en édition limitée. Des stands permettaient aux curieux de rechercher la perle rare lors du salon.

Avant de repartir, les visiteurs pouvaient faire un tour par le stand de « paper craft », pour s’initier à l’art des maquettes en papier hyper réalistes, puis par la salle des bornes d’arcade et autres flippers, très populaires.

Des écrans au papier, la boucle est bouclée ! © Juliette Jouve Soler

Au final, plus de 1000 personnes ont participé à cette deuxième édition du « Allassac Geek Festival ». Un chiffre qui satisfait les organisateurs, et leur donne envie de voir encore plus grand l’année prochaine. Que la force soit avec Pixel Squad en 2025 !

Juliette Jouve Soler
Juliette Jouve Soler
Correspondante Actus Limousin

A la une

Plus d'articles