3.3 C
Région Limousin
vendredi 1 mars 2024

Zoom sur le don de plasma sanguin à l’EFS Limoges : un acte solidaire et stratégique pour la santé et la médecine en France

Acte solidaire par excellence, le don du sang est essentiel au fonctionnement de notre système de santé. Moins connu, le don de plasma sanguin est tout aussi essentiel car ce « transporteur » de nos globules a de multiples utilisations et que la France dépend encore fortement d’importations pour couvrir ses besoins.

Le sang est un « produit » unique qu’il est impossible de fabriquer et interdit de vendre. La satisfaction de la demande, pour soigner malades ou accidentés, dépend donc uniquement de la générosité des donneurs. Colette Dupic, chargée de communication à l’Établissement Français du Sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine, résume l’équation en Limousin : « il nous faut 400 litres de sang par semaine, l’équivalent de 800 dons ».

En Haute-Vienne, Creuse et Corrèze, ceux-ci peuvent se faire lors de collectes mobiles dans les quartiers, villages ou entreprises – partout où il y a un potentiel de donneurs suffisants (60 poches) pour justifier les frais de déplacement du personnel de l’EFS et leur matériel – ainsi que dans les trois « Maisons du don » de Guéret, Brive et Limoges.

Un objectif d’auto-suffisance nationale en plasma

C’est d’ailleurs uniquement au sein de ces deux dernières Maisons que les donneurs les plus « engagés » peuvent procéder à un autre type de don : celui de leur plasma. A quoi sert donc ce plasma, le liquide qui transporte nos globules rouges et blancs, nos plaquettes, protéines et anticorps ? Il est utilisé dans le traitement de certains cancers, maladies auto-immunes ou hémophilies et à dans la fabrication de médicaments. Colette Dupic cite le cas de Christine qui, sans la solidarité de 585 donneurs par an, se retrouverait handicapée.

C’est une alternative intéressante pour qui ne peut plus donner son sang (comme l’auteur de ces lignes, suite à une crise de paludisme) ou dispose de plus de temps. En effet, comme les globules rouges ne sont pas prélevés, il n’y a aucun risque d’anémie et la durée minimale entre deux dons est réduite à 15 jours au lieu de deux mois. La contrepartie : le processus entier dure une heure et demie, contre 45 minutes pour un don de sang « total ».

Si l’on en juge par les campagnes publicitaires ou les SMS de l’EFS, le plasma est de plus en plus recherché. L’explication est simple : « durant le Covid, nous avons éprouvé des difficultés d’approvisionnement importantes pour les immunoglobulines, médicaments fabriqués à partir du plasma pour soigner des maladies rares et importés à 65%, surtout des États-Unis. Nous avons donc décidé de devenir autosuffisants » nous éclaire Colette Dupic.

Cet objectif de souveraineté passe par donc une augmentation du don de plasma, car même si une poche de sang total contient aussi de ce précieux liquide, c’est en plus faible quantité. Il a aussi une dimension éthique et de santé publique : « Outre-Atlantique, le don peut être rémunéré et les donneurs, souvent en situation de précarité, ont donc tendance à minimiser les risques de contre-indication, ce qui les met en danger ainsi que les receveurs. »

Qui peut donner son plasma ?

Ouvert à tous, de 18 à 65 ans, les dons de plasma ne sont pas plus « désagréables » que les dons de sang mais sont uniquement possibles dans les « Maisons du don ». La réservation du créneau se fait par internet ou par téléphone et on y est bien accueilli par un personnel attentif. Sur la base d’un questionnaire rempli sur place par le donneur, un médecin vérifie toute contre-indication (grossesse, fièvre ou multiplicité de partenaires sexuels récentes) et c’est parti pour une heure !

Lors d’un don de plasma, seuls certains composants présents dans notre sang sont prélevés et la quasi-totalité du liquide est réinjectée via l’aiguille intraveineuse. Le « peu » qu’on y a laissé sera vite reconstitué… en partie à l’aide de la « collation » offerte en fin de séance. C’est ce qui explique la durée minimale réduite à 15 jours entre deux dons de plasma.

Un liquide jaune ? Et oui car globules et plaquettes sont réinjectés lors d’un don de plasma © EFS

Pratique

« Maison du don » EFS à Limoges : 98 rue Charles Legendre (terminus bus ligne 10)

« Maison du don » EFS à Brive : 8 rue Vincent Chassaing 19100 Brive La Gaillarde (bus ligne 2 – arrêt La Piscine)

Plus d’informations au 0 800 74 41 00 ou sur dondesang.efs.sante.fr.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles