28.9 C
Région Limousin
mardi 25 juin 2024

Christophe Vergnaud, de la philosophie au western, des rives de la Corrèze à celles de l’Ohio !

La Corrèze est connue depuis toujours pour être terre de littérature mais saviez-vous qu’il existe à Tulle un professeur de philosophie auteur de plusieurs romans ? Dans son dernier ouvrage, «La mémoire des rives», Christophe Vergnaud nous embarque aux Etats-Unis dans un western haletant. Rencontre avec un romancier philosophe.

Amoureux de la «philo» et des belles lettres…

Les lettres ont toujours fait partie de la vie de ce quinquagénaire tulliste. Baccalauréat en poche, Christophe Vergnaud avait pourtant essayé de s’orienter raisonnablement vers une formation en droit, mais il a été vite rattrapé par son amour pour la philosophie. Ses études l’ont mené d’abord à Bordeaux puis à Paris et, après avoir dévoré tous les auteurs, c’est au philosophe allemand Emmanuel Kant qu’il a consacré son mémoire.

Cette passion pour la « philo », Christophe Vergnaud a rapidement décidé de la partager en devenant enseignant. Ses premiers élèves étaient alors à peine plus jeunes que lui ! Le goût du partage du savoir chevillé au corps, il est aujourd’hui professeur à Tulle, dans le lycée où il a lui-même étudié. En parallèle de son enseignement, cet amoureux des lettres écrit depuis toujours et relit régulièrement les auteurs français qui ont compté pour lui, comme Jean Giono. Il n’en est pas moins très sensible à la littérature américaine de Cormack Mc Carthy par exemple.

Christophe Vergnaud et son dernier roman « La mémoire des rives » © Juliette Jouve Soler

Christophe Vergnaud a un ancrage corrézien fort. Notre rendez-vous a été fixé dans un bar emblématique de Tulle, le Richelieu, où se situe le décor de son premier roman…

Une écriture spontanée, un penchant pour les faux-semblants

L’écriture est pour Christophe Vergnaud «une musique interne qui fait partie du quotidien». Quand il se lance dans la rédaction d’un nouveau roman, il n’en détermine par la trame à l’avance mais préfère se laisser entraîner, et convier ensuite ses lecteurs dans des histoires riches en faux-semblants et en illusions. Il cite en référence les tableaux de Maurits Cornelis Escher (1918-1969), ce maître de l’art optique.

© Maurits Cornelis Escher wikiart.org

Son premier roman, «Riesling connection», est publié en 2003 par les «Éditions de la Table Ronde», maison d’édition fondée et dirigée alors par Denis Tillinac, corrézien de renom s’il en est, qui aimait repérer les auteurs prometteurs, et facilitait leur entrée dans le microcosme littéraire parisien. «Riesling connection» est le récit de la nuit d’ivresse rocambolesque d’un professeur de philosophie dans une petite préfecture de province. Toute ressemblance avec Tulle ne serait pas fortuite !

Cette première publication sera suivie, en 2005, d’un deuxième roman : «Le sceau de l’ange», toujours aux «Éditions de la Table Ronde». Cette fois, Christophe Vergnaud y narre l’histoire d’un psychiatre qui disparaît avec un patient dangereux dans un roman policier rempli de fausses pistes, dans l’esprit de «Shutter Island», célèbre thriller américain adapté au cinéma par Martin Scorsese.

Des rives de la Corrèze à celle de l’Ohio

Son nouveau roman, «La mémoire des rives», vient tout juste d’être publié (automne 2023) par «La Mérule». Christophe Vergnaud a été séduit par la démarche des créateurs de cette jeune maison d’édition corrézienne, qui savent établir une belle relation avec les auteurs qu’ils choisissent d’éditer.

«La mémoire des rives» nous emporte aux États-Unis, dans un western qui pourrait servir de trame à un scénario de Sergio Leone. Deux hommes que tout oppose doivent arriver à unir leurs forces pour lutter contre ceux qui les traquent. Au cours du récit, hors-la-loi et Indiens se croisent, dans un environnement sauvage… L’auteur nous amène à nous interroger sur la notion du bien et du mal, sans dichotomie.

La nature splendide de la rivière Ohio est au cœur de cette nouvelle œuvre, magnifiquement illustrée dès la couverture par l’artiste Gaëtan Murat qui a su traduire l’ambiance des secrets des eaux tumultueuses du roman dans ses dessins, que l’on retrouve tout au long du livre.

Après avoir connu eu un joli succès lors de la dernière Foire du livre de Brive, «La mémoire des rives» en est déjà à sa troisième réédition ! Preuve de la notoriété locale de Christophe Vergnaud : une dame nous interrompt pour une demande de dédicace spontanée, elle a reconnu l’auteur du roman qu’elle vient tout juste d’acheter dans une librairie voisine…

L’écriture du quatrième roman de Christophe Vergnaud est d’ores et déjà en cours. La date de parution n’est pas encore connue mais il devrait cette fois nous faire emmener en voyage dans dans un autre univers, du côté de la Bretagne… À suivre !

«La mémoire des rives» (17€), de Christophe Vergnaud, à retrouver sur le site des éditions La Mérule.

Juliette Jouve Soler
Juliette Jouve Soler
Correspondante Actus Limousin

A la une

Plus d'articles