22.5 C
Région Limousin
samedi 13 avril 2024

Élus, syndicalistes et acteurs économiques s’unissent contre la suppression d’horaires des trains Intercités sur la ligne POLT

Ce matin ils étaient plus de 200 élus, syndicalistes et acteurs économiques à s’être levés de bonne heure pour manifester leur mécontentement dans le hall de la Gare des Bénédictins après l’annonce de la suppression d’horaires matinaux sur la ligne POLT et aucune avancée quant à la la rénovation de la ligne.

L’annonce de la suppression d’horaires matinaux de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse par la SNCF, en raison de travaux de rénovation et des mesures de sécurité à cause du grive, a suscité une vague de mécontentement chez les socio-professionnels et les élus limousins.

Il y’a 15 jours, c’est Benoit Coquard, directeur de Legrand qui faisait part, dans une lettre à la SNCF, de « son exaspération » quand à la suppression d’horaires importants pour que les salariés de Legrand puissent se rendre à Paris sur la journée et qui s’interrogeait même sur l’intérêt de conserver le siège de l’entreprise, la seule du CAC 40 avec Michelin à être en province, dans son berceau limougeaud.

Ce matin à 7h30, de nombreux élus arborant leurs écharpes bleu-blanc-rouge avaient mis de côté leurs querelles politiques pour s’unir contre ce nouveau coup porté à l’enclavement de Limoges. Andréa Brouille, Jean-Claude Leblois, Guillaume Guérin, Emile-Roger Lombertie et les représentants des organisations syndicales ont pris la parole pour dénoncer la décision de la SNCF qui a pourtant « rétro-pédalé » ce week-end mais n’a pas encore rétabli les trains supprimés.

LGV, Bordeaux-Lyon… on enclave bien le Limousin

L’importance des voies de communications rapides dans le développement économique est essentielle. Si Rhône-Alpes est si dynamique c’est que le territoire est couvert de réseaux d’autoroutes et de lignes de trains qui permettent un accès rapide aux principaux « hubs » des réseaux français…

Or depuis la privatisation de la SNCF, les coups portés au réseau du centre de la France sont en train de réduire ces connexions essentielles à peau de chagrin. Le choix de favoriser à tout prix le TGV et de connecter Paris à Toulouse en passant par Bordeaux a évincé Limoges et Brive des axes de transports rapides Nord-Sud, surtout depuis l’abandon définitif du projet LGV Poitiers-Limoges. L’arrêt organisé et progressif de la ligne Lyon-Bordeaux a quand à lui supprimé les connexions Est-Ouest. Alors si le POLT se met à dérailler…

Une ligne centenaire primordiale pour les habitants mais de moins en moins fiable

La ligne POLT dessert Limoges et Brive depuis 1893 ! Ligne centrale par excellence, elle a contribué au développement des 2 principales villes limousines au cours du XXème siècle. Mais l’arrivée du TGV a changé la donne et cette ligne souffre de plus en plus d’un manque cruel d’investissement et d’une optimisation financière désastreuse depuis la privatisation du principal acteur ferroviaire français. Dès qu’il y a un problème, les retards atteignent des durées de plusieurs heures qui ne sont pas tolérables pour un déplacement de 3h.

Si il ne fallait que 2h50 pour rejoindre Paris depuis Limoges en… 1967, il faut aujourd’hui compter plus de 3h30 et encore quand tout va bien ! Les défaillances sont de plus en plus fréquentes et les retards quasi systématiques. La semaine passée, c’est le déraillement d’un train au niveau d’Issoudun qui avait provoqué un arrêt du trafic pendant une longue semaine, durée impensable il y’a encore une dizaine d’années… Moins de personnels, moins de machines, moins d’entretien… et maintenant moins de trains ?

Et pourtant, la SNCF annonce un objectif de 2h49 pour 2025 et assure mobiliser d’ici là un investissement de 1.6 milliards d’€ pour engager de grands travaux de rénovations. En attendant, les usagers n’ont plus confiance dans la fiabilité de la SNCF sur cette ligne et les élus et les professionnels en appellent à Clément Beaune, ministre des Transports, pour qu’il fasse (enfin) le nécessaire pour connecter leurs territoires avec la capitale dans un pays où la décentralisation semble, en tout cas vue d’ici, une vaste fumisterie…

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles