10.2 C
Région Limousin
samedi 15 juin 2024

JO Paris 2024 : La Creuse refuse le passage de la flamme olympique, la Haute-Vienne aussi !

150 000€ à la charge du département pour que la flamme olympique passe sur le territoire ? C’est trop cher pour la Creuse qui préfère financer d’autres projets sportifs locaux. Et la Haute-Vienne suit l’exemple de son voisin pour alerter à son tour sur le coût trop important et décliner la proposition du comité d’organisation.

Alors que les Jeux olympiques d’hiver battent leur plein à Pékin, le comité d’organisation de Paris 2024 est déjà à pied d’œuvre pour préparer les célébrations préalables aux prochains Jeux Olympiques d’été qui se dérouleront du 26 Juillet au 11 Août 2024 en France.

Et parmi les manifestations populaires qui précèdent la grandiose cérémonie d’ouverture, il y a bien sûr le traditionnel parcours de la flamme. Elle s’envole du pays des derniers JO en date pour rejoindre le prochain pays organisateur. A pied, à vélo, en canoë, à dos de chameau, en Concorde, en navette spatiale, ou encore sous l’eau, la flamme s’échange de relayeurs en relayeurs et traverse généralement un maximum de bourgades pour mobiliser la population autour de la grande fête du sport chère à Pierre de Coubertin mais aussi, et surtout depuis quelques décennies, à Coca-Cola, à Panasonic, et autre Visa…

Malgré tous ces partenaires de poids, le passage de la flamme n’est pas gratuit pour les territoires traversés. En effet, il en coûtera au moins 150 000 € à chaque département pour que, durant quelques heures, brille sur ses routes le symbole scintillant de l’olympisme. Trop couteux pour la Creuse dont le budget de subventions aux associations sportives ne dépasse pas 300 000€.

80 000 € puis 150 000 € et même 180 000 € avec les taxes !

Préalablement annoncé à 80 000€, le tarif de la participation demandé aux départements a récemment été rehaussé à 150 000€, et même 180 000€ avec les taxes ! La Creuse était initialement partante pour ce projet qui est souvent l’occasion de mettre en place des animations sportives avec les enfants mais la hausse du tarif a refroidi les élus creusois.

« On était vraiment favorable, on aurait voulu que cette fête puisse bénéficier à la jeunesse de notre territoire mais quand on a vu les tarifs, ça a été un peu un choc. […] C’était juste un passage, quelques heures sur notre territoire, avec un relais de la flamme, des enfants, des sportifs de haut niveau. Mais c’est seulement quelques heures, pour nous ce n’est pas possible. Dans le sport, on a tellement de besoins financiers que ces 150.000 euros serviront à des projets plus importants pour la population. » confie Christine Bunlon, vice-présidente du Conseil départemental en charge des sports, qui a même tenté de négocier avec les organisateurs : « J’ai demandé à ce que la somme soit au prorata du nombre d’habitants, on m’a répondu que c’était impossible, et que la somme est la même pour tous. »

Du côté de la Haute-Vienne, même constat pour Thierry Miguel, vice-président chargé des sports, qui juge « le caractère symbolique très bien mais le coût exorbitant » et qui confirme que le département de la Haute-Vienne refusera lui-aussi le passage de la flamme sur son territoire. « Il y a d’autres moyens de promouvoir l’olympisme qu’une seule journée. […] Bien sûr nous voulons participer, nous allons animer un certains nombres d’actions sur le terrain […] au profit des jeunes collégiens, il y a des journées qui sont en réflexion pour pouvoir faire partager l’esprit olympique avec les plus jeunes. »

Un parcours qui s’annonce compliqué à tracer

Le mouvement de contestation contre ce tarif imposé dépasse d’ailleurs les frontières du Limousin puisque la Haute-Loire, le Lot-et-Garonne, l’Indre-et-Loire, la Loire-Atlantique, les Côtes-d’Armor et l’Orne ont eux aussi indiqué ne pas vouloir supporter un tel coût pour un passage de flamme… éclair !

Le parcours de cette flamme olympique s’annonce donc très compliqué à tracer pour les organisateurs qui vont devoir composer entre les territoires qui auront bien voulu s’acquitter des 180 000€ de participation au frais et ceux qui préfèrent utiliser cette somme pour mettre en place des projets de promotion de l’olympisme à destination de la population locale.

Passage de la flamme ou non, dans le sport on en revient comme toujours à la bonne vieille maxime : « l’essentiel c’est de participer ! »

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles