12.5 C
Région Limousin
lundi 20 mai 2024

Soulagement chez les supporters du CSP après le sursis accordé par la DNCCG au terme d’un « money time » insoutenable !

Après le suspens insoutenable de ces dernières heures, La Ligue Nationale de Basket a confirmé qu’aucune décision irréversible concernant l’avenir du CSP Limoges ne serait prise aujourd’hui. Mieux, elle convoque la direction du club, le 28 mai prochain, pour avoir « des explications sur l’augmentation de capital » tant attendue. Ouf !

Bien malin qui saura dire qui obtiendra la palme d’or cette année à Cannes mais une chose est sûre : le CSP en mérite une honorifique pour l’ensemble de son œuvre ! Car l’épilogue de cette saison 2023-2024 est une nouvelle fois digne des plus grands thrillers avec un suspens insoutenable jusqu’au dernier moment.

Synopsis :

  • Après s’être sentie bernée par les comptes qui lui ont été présentés pour la saison passée, la Direction Nationale du Conseil et du Contrôle de Gestion prévient qu’elle se montrera intransigeante pour la prochaine saison et donne rendez-vous à la direction du club au début du mois d’avril pour parler « finances ».
  • En parallèle, la Ville de Limoges et le Département de la Haute-Vienne suspendent leurs subventions au club et somment Céline Forte, propriétaire du club, d’ouvrir le capital. Le parquet de Limpges ouvre quant à lui une enquête judiciaire sur les comptes du CSP pour de possibles malversations financières.
  • Si le rendez-vous avec la DNCCG se passe bien à en croire Didier Jamot, président du CSP, le patron de la DNCCG, Patrick Hianassy, se réclame de « Saint-Thomas » et pose donc un ultimatum au 15 mai pour avoir la preuve concrète que le club dispose bien des fonds lui permettant d’absorber le déficit de la saison en cours.
  • La fin de saison est tendue, le divorce entre la direction et les supporters est consommé, mais les joueurs font preuve d’une bravoure sans faille et obtiennent le maintien du club dans l’élite sur le terrain, en remportant 6 matchs consécutifs à Beaublanc.
  • L’avenir du CSP fait l’objet de nombreuses tractations et supputations avec 2 options qui dominent : d’un côté, la direction en place fait miroiter de mystérieux investisseurs qui lui permettraient de garder la main sur le club, de l’autre une offre sérieuse présentée par Lionel Peluhet, #2 du groupe Intermarché, et qui a notamment œuvré à associer l’image des « Mousquetaires » à de nombreux clubs de haut-niveau en rugby et en basket.
  • On apprend le 13 mai, à deux jours de la fin de l’ultimatum, que Céline Forte refuse l’offre de Lionel Peluhet, au grand dam des supporters et des anciens du club. Les divergences pointent notamment sur la cession de la majorité des parts et sur le maintien à des postes clés de la fille et du gendre de Céline Forte…
  • Le 15 mai en fin de journée, rien n’est acté et les supporters commencent à craindre que la DNCCG n’est d’autre choix que de prononcer la descente du mythique club limougeaud au niveau national voire régional.
  • Dans la soirée, les négociations se poursuivent pourtant et après quelques échos dans la matinée du 16 mai, la Ligue Nationale de Basket publie un communiqué annonçant un délai, suite à la confirmation d’une augmentation de capital, avant de prendre une décision sur l’avenir du CSP dans l’élite.

Au bout du suspens, acculés de toute part, Céline Forte et ses soutiens auraient donc fini par céder suffisamment de terrain pour trouver, comme tout le monde l’espérait à Limoges, un accord avec Lionel Peluhet. Les termes de l’accord ne sont pas encore connus mais il y’a fort à parier que cet accord signifie la fin de l’ère « Forte » à la tête du CSP.

Il reste maintenant 12 jours à l’ancienne et future direction pour ficeler le dossier qui sera présenté le 28 mai à la DNCCG. D’ici là, les supporters limougeauds vont au moins pouvoir faire redescendre leur tension… avant de se remettre à stresser à l’approche du 28 mai !

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles