3.3 C
Région Limousin
vendredi 1 mars 2024

La piétonnisation de la rue Jean Jaurès à Limoges fait déjà débat après seulement 4 mois d’expérimentation

Mise en œuvre depuis la fin 2022, la piétonnisation de la rue Jean Jaurès ne porte pour l’instant pas les fruits attendus. Les commerçants lancent déjà des cris d’alertes mais le maire de Limoges a tenté de les rassurer lors du dernier conseil municipal. Si l’idée de base est bonne, le timing et la mise en œuvre posent quelques problèmes…

L’annonce de la piétonnisation de la rue Jean Jaurès a ravi les flâneurs limougeauds qui rêvaient de déambuler dans le centre-ville sans être contraints de partager cet espace de vie citadine avec les automobiles. Du côté des commerçants, toujours un peu frileux quand à l’idée que les clients ne puissent plus se garer devant la vitrine, on a fini par accepter l’idée d’une expérimentation mais on attendait de voir…

Un chiffre d’affaires qui dégringole parfois de 20% à 30% et une pétition plébiscitée

Et les commerçants limougeauds n’ont pas attendu trop longtemps pour voir. A peine 3 mois après le début de cette phase de test, certains déploraient déjà une fréquentation plus faible et une baisse de chiffre d’affaires importante. Si la baisse globale du pouvoir d’achat a ralenti l’ensemble des activités commerciales, ils dénoncent surtout la manière avec laquelle la municipalité a géré ce projet de piétonnisation de la rue Jean Jaurès.

Le 13 mars dernier, ils ont manifesté dans la rue, une première depuis 2012, pour alerter le maire et protester contre une mise en œuvre incomplète et un manque de consultation des commerçants dans le projet. Sans forcément remettre en cause la piétonnisation, ils ont réclamé début mars, dans une pétition signée par 212 des 215 commerçants de la rue, que la municipalité rende la rue plus attractive et facilite l’accès aux commerces grâce à des solutions de mobilité adaptées.

De son côté, la Chambre de Commerces et d’Industrie de Limoges s’était exprimée en faveur du projet, et avait même organisé des ateliers de concertation entre les commerçants et la municipalité. Elle vient de réaliser un sondage qui confirme des mauvais résultats sur le dernier trimestre pour une partie des commerçants du centre-ville, en particulier ceux de la rue Jean Jaurès. Aujourd’hui, son président Pierre Massy demande la suspension provisoire de la piétonnisation le temps de réfléchir plus précisément au projet.

Le maire réfute toute improvisation mais annonce de nouvelles mesures

Mardi soir en conseil municipal, Emile-Roger Lombertie s’est exprimé sur les avancées du projet plus global de piétonnisation et végétalisation du centre-ville de Limoges imputant les longs délais de mise en œuvre à la volonté « de ne pas planter dans des lieux où de futurs travaux amèneraient des arrachages » et à « la réorganisation des transports en commun, qui a pris plusieurs années de retard« .

Si il a partagé le constat que « le changement de mode de consommation, exagéré par l’inflation, touche de plein fouet les commerces et certains de nos commerçants« , il n’a pas remis en question la piétonnisation de la rue Jean Jaurès et s’est voulu rassurant sur l’impact, sur la fréquentation et le chiffre d’affaires des commerces, des projets similaires réalisés dans d’autres villes.

Pour le cas précis de la rue Jean-Jaurès, le maire a indiqué que de nouveaux aménagements seraient réalisés à partir de l’été, à condition de disposer d’une nouvelle cartographie fine des cavités et de réaliser des sondages pour pouvoir installer les fosses nécessaires pour planter de nouveaux arbres dans le centre-ville.

Il a aussi annoncé plusieurs mesures, déjà partiellement connues depuis le début du mois de mars, et qui seront mises en œuvre rapidement pour soutenir l’attractivité commerciale du centre-ville en attendant la finalisation du projet :

  1. Dotation de tickets d’1h de stationnement gratuit, pendant 6 mois, que les commerçants pourront offrir à leurs clients,
  2. Gratuité des terrasses jusqu’à fin 2023,
  3. Renforcement de la signalétique des parkings et de la navette électrique, mise en place d’un système d’arrêt à la demande,
  4. Programmation d’animations à partir de la fin du mois de mars,
  5. Installation prochaine de nouvelles décorations et mobiliers.

Il est aussi prévu d’associer rapidement les commerçants à des ateliers de réflexion sur la « rénovation-végétalisation-décoration » de la rue Jean Jaurès.

Une mise en œuvre longue dans un contexte économique très tendu

La panoplie de mesures annoncées par le maire devrait donc faire baisser, au moins temporairement, la fronde chez les commerçants du centre-ville et laisser un peu de temps pour engager enfin des travaux d’aménagements et de décoration et pour faire connaitre les navettes électriques gratuites qui relient désormais les parkings du centre-ville et les zones commerciales.

La municipalité limougeaude a peut-être été un peu vite en besogne en voulant mettre en route une idée prometteuse mais complexe sans pouvoir dérouler le projet rapidement. Le choix du timing, avec un lancement au début du marché de Noël, a donné de la visibilité à la mesure mais le contexte économique tendu et une saison hivernale moins propice aux déambulations en ville et à la dolce vita citadine ont malheureusement un peu plombé les débuts de ce qui devait être une nouvelle ère pour le centre-ville commerçant limougeaud.

Espérons maintenant que les mesures proposées, combinées au printemps renaissant, ramèneront les flâneurs dans l’hyper-centre même si la hausse des prix de tous les produits, alimentation en tête, risque de continuer à mettre un sérieux frein aux achats d’impulsions.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles