21.4 C
Région Limousin
samedi 13 juillet 2024

Une journée festive inédite sur le site de La Cellette du Centre hospitalier du Pays d’Eygurande

Ce samedi 23 septembre, le Centre hospitalier du pays d’Eygurande, l’établissement de santé mentale, ouvre ses portes au public à l’occasion d’une journée festive inédite, à La Cellette à Monestiers-Merlines. On y est allé en avant-première.

Le lieu peut paraître austère, reculé. Dans cette vallée profonde du Chavanon, entre Corrèze et Puy-de-Dôme, le Centre hospitalier du Pays d’Eygurande impressionne, parfois intrigue. Pourtant, derrière ces murs, des visages humains de soignants et de patients. Des soins de qualité et personnalisé à destination d’hommes et de femmes majeurs qui tentent de s’en sortir.

Au départ, un monastère

L’histoire du site de La Cellette à Monestier-Merlines a commencé en 1144, comme le décrit l’actuel directeur de l’établissement, Christophe Rouanet : « Un religieux bénédictin s’y égara et décida de s’y retirer. » Il faut cependant attendre le XVème siècle pour voir les premiers patients soignés ici. Les Cordeliers qui occupent les lieux à l’époque apportent des soins aux aliénés que leur confiaient leurs familles, ainsi qu’à des prêtres de mauvaises « mœurs ».

Le site de la Celette abrite encore une belle chapelle, témoin de son origine religieuse © Jérémy Truant

Dès les années 1830, les malades sont recueillis à la Cellette, ne stagnant ainsi plus dans ldes « dépôts de sûreté » inadaptés à leurs conditions. Le centre de la Cellette faisait alors partie des huit asiles spéciaux existant depuis 1815. La formation psychiatrique est instaurée au sein de l’établissement dès 1950 et la structure deviendra association, 21 ans plus tard.

Un centre hospitalier depuis 1971

« L’association du Centre hospitalier d’Eygurande est créée en 1971 par Jacques Chirac, alors président du Conseil général. Ici, il n’y a donc plus de moines », nous explique le directeur. La congrégation n’est plus. L’hôpital de la Cellette a conservé son statut privé mais fait office d’établissement public, régi par la loi de 1838 et participe, depuis 1977, au service public hospitalier.

Le saviez-vous ? Le président du Conseil départemental de la Corrèze en est forcément le président et c’est donc Pascal Coste qui est l’actuel président du Centre hospitalier du Pays d’Eygurande.

Un développement en Corrèze

Depuis sa création au début des années 1970, l’établissement a évolué et s’est beaucoup développé sur le territoire : à Ussel, Merlines ou encore Brive… mais Monestier-Merlines resta le site principal, le siège de l’établissement. La moitié des lits sont encore présents ici. Au total, le Centre hospitalier compte environ 200 lits et 450 employés. « On a un budget annuel qui avoisine les 33 millions d’euros », détaille Christophe Rouanet.

Jardin zen et vue panoramique sur la vallée pour accueillir les visiteurs © Jérémy Truant

Cinq parcours de soin

Cinq parcours de soin composent le Centre hospitalier :

  • la psychiatrie générale (hôpital de jour, admissions, psychiatrie de la personne âgée …),
  • les soins intensifs et sécurisés (patients difficiles, soignés à la demande d’un représentant de l’Etat ou d’un tiers et les unités sanitaires dans les centres de détention de Tulle et d’Uzerche),
  • les soins en addictologie (unité de traitement de la maladie alcoolique, hôpital de jour, consultations avancées et équipes mobiles),
  • les soins en réhabilitation sociale (appartements thérapeutiques, équipe mobile et hôpital de jour),
  • les soins aux patients déficitaires souffrant de troubles envahissants du développement et autistes.

Une journée festive le 23 septembre

« On est sur des prises en soin humaines, individuelles et avec des innovations », tient à préciser le directeur tout en annonçant donc la journée festive inédite du 23 septembre : « Le but, c’est d’ouvrir l’établissement, de changer son image et de dédramatiser l’hôpital psychiatrique.»

En co-organisation avec l’association Le Rond-point (association qui aide les patients au sein du Centre hospitalier), le Centre propose donc une journée particulière avec de nombreuses animations de 9 à 17 heures :

  • vide-greniers (inscriptions gratuites au 05.55.94.32.07),
  • balades en calèche,
  • randonnées pédestres autour du site,
  • animations musicales,
  • activités pour les enfants,
  • vente d’objets confectionnés par les patient,
  • exposition de photos sur la thématique « J’aime mon hôpital psychiatrique »,
  • deux concerts de chorales au sein de la chapelle de La Cellette, à 11 heures et 14 heures
  • tombola…

Jérémy Truant
Jérémy Truant
Correspondant Actus Limousin

A la une

Plus d'articles