13.6 C
Région Limousin
lundi 20 mai 2024

Sauvées in extremis puis restaurées, les boiseries « art-déco » retrouvent le hall de la gare de Limoges Bénédictins

La belle histoire des boiseries « art-déco » de la Gare de Limoges Bénédictins sauvées de la destruction en 1979, grâce à une « évasion » rocambolesque suivie de 40 années de clandestinité, est en passe de connaitre une fin heureuse. Après plus de 2 ans de restauration, elles sont actuellement en cours d’installation dans le hall de la gare.

Sauvées in extremis par des passionnés de l’histoire du rail

Vous connaissez sûrement déjà la fameuse histoire de ces boiseries « art-déco » installées à l’ouverture, en 1929, de celle qui deviendra « la plus belle gare de France » mais si tel n’est pas le cas, on vous en fait un rapide résumé :

  • 1929 : le chantier de la gare de Limoges-Bénédictins se termine, le hall est orné de belles boiseries dans le style « art-déco »  dont un monumental « porte-carte » avec une carte touristique peinte par le maître-verrier limougeaud Francis Chigot.
  • 1975 : la gare de Limoges Bénédictins est classée aux Monuments Historiques.
  • 1979 : la SNCF engage de grands travaux de restauration du hall de gare et la majorité des boiseries est détruite à l’exception d’une infime partie, dont le « porte-carte », sauvée in-extremis grâce notamment à René Brissaud et Jacques Ragon, tous deux consternés par la démolition de ce patrimoine historique.
Les boiseries « art-déco » de Limoges peu avant leur destruction (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Une évasion rocambolesque

Pour mettre quelques-uns des plus beaux éléments à l’abri de la destruction, René Brissaud « détourne », avec l’aide d’autres cheminots, des wagons chargés de ces boiseries en pièces détachées, en remplaçant la plaque de destination pour les envoyer vers la gare de Saint-Léonard. Elles y seront mises à l’abri pendant 10 ans, stockées dans la halle marchandises.

  • 1988 : la halle marchandises de la gare de Saint-Léonard va être louée et les boiseries sont alors déménagées vers une grange où elles passeront une trentaine d’années. La carte est quant à elle stockée, toujours en secret, dans le grenier du tout nouveau musée de l’Historail à Saint-Léonard-de-Noblat…
  • 2019 : Jacques Ragon révèle enfin l’existence des boiseries miraculeusement sauvées au conservateur de la Direction Régionale des Affaires Culturelles qui lui apprend que ces pièces, comme l’ensemble des boiseries démolies dans les années 70, sont classées aux Monuments Historiques et n’auraient donc jamais dû être détruites !
  • 2021 : en accord avec la DRAC, Historail entreprend un grand chantier de rénovation des boiseries en vue de leur réinstallation dans la gare…

Après 2 ans et demi de restauration, les boiseries retrouvent enfin le hall de la gare des Bénédictins

Depuis 2021, les boiseries de 6.40 mètres de haut en iroko, un bois tropical, ont rejoint les ateliers des établissements Blanchon, une entreprise spécialisée dans la restauration des monuments historiques, pour d’importants travaux de rénovation. Le bois d’origine était sain mais il fallait réparer de nombreuses petites choses, recréer certaines parties qui ont souffert dans la vie tumultueuse des boiseries et surtout lui redonner son lustre d’antan.

En parallèle, la mosaïque réalisée par Camille Tharaud et composée de 1100 carreaux a été patiemment reconstituée par un membre d’Historail et les 400 carreaux manquants ont été fabriqués par le porcelainier « La Fabrique » de Saint-Brice puis émaillés par Christian Couty. La carte touristique de Francis Chigot a quant à elle été restaurée par « A l’oeuvre de l’Art » avant d’être réintégrée au centre du « porte-carte ».

Un carte touristique signée Francis Chigot © Actus Limousin

L’ensemble a été réinstallé dans le hall de la Gare de Limoges et sera bientôt complété par la mosaïque autour de la carte et sur le fronton, et par le garde-corps restauré lui aussi dans les ateliers Blanchon. Le budget total de cette rénovation avoisine les 100 000€, il a été financé par une subvention du Ministère de la Culture (36 000€), une aide de la délégation limousine de la Fondation du Patrimoine (20 000€) et des dons récoltés par l’association Historail, qui n’a d’ailleurs pas encore bouclé son budget et qui cherche encore des contributeurs sur le site « HelloAsso ».

Près de cent ans après sa création et au terme d’une incroyable épopée, ce pan de l’histoire de la gare des Bénédictins est en passe d’y retrouver une place de choix. Avec la réouverture de l’ancien « Buffet de la Gare », le hall des Bénédictins est en train de reprendre vie après des années bien maussades dans le cœur de ce monument limougeaud. Encore un peu de patience et avec les rénovations engagées sur la ligne POLT, tout roulera peut-être à nouveau comme sur des rails dans la plus belle gare de France !

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles