3.9 C
Région Limousin
vendredi 1 mars 2024

Stade d’athlétisme « indoor » à Limoges, un surcoût de 40% sur fond d’imbroglio entre le département et la municipalité

Le projet de création d’un stade d’athlétisme couvert à Limoges, sur le site de Chéops devrait bientôt bientôt débuter. Mais le retard pris au démarrage a fait exploser de plus de 40% les coûts de construction de cet équipement sportif rare en France.

C’est à l’occasion des Assises du Sport organisées en 2016 par le Conseil Départemental de la Haute-Vienne que l’idée est venue sur la table : construire un stade d’athlétisme indoor sur le site de Chéops pour y accueillir des stages, des entrainements et des compétitions de haut-niveau. Il y’a en effet peu d’équipements de ce genre en France et un tel projet permettrait de conforter la place de Chéops dans le paysage des sites majeurs pour la préparation des équipes sportives en France.

Hébergement, restauration, salle de formations, centre sportif… un véritable équipement multi-activités © Chéops

Ouvert depuis 1995, le complexe de Chéops s’étend sur un vaste parcelle au sud-est du centre-ville de Limoges et dispose de deux structures d’hébergements (125 chambres), de salles de formations et de nombreux équipements sportifs : gymnases, salle de musculation, plateaux sportifs extérieurs, dojo et salle d’escrime. Il accueille des stagiaires en formation, des sportifs de haut-niveau en préparation pour des compétitions mais aussi des groupes scolaires, des séminaires et des événements.

Porté part un établissement public local, Chéops est plébiscité par ses utilisateurs, avec un score de 4.2/5 et plus de 400 avis Google, et reste toujours considéré comme un équipement de grande qualité avec un personnel disponible. Peu connu des limougeauds, il dispose pourtant d’une excellente notoriété à l’échelle régionale et dans le milieu sportif.

La création d’un stade d’athlétisme couvert pour renforcer l’attractivité

Élaboré avec les instances sportives locales et fédérales, le projet de création d’un stade d’athlétisme couvert pour compléter l’offre du site a été validé en 2019 par l’assemblée départementale. L’objectif est d’ajouter un équipement sportif complet, et relativement rare, à l’ensemble existant pour augmenter encore l’attractivité du site à l’échelle régionale et même nationale.

Ce nouvel équipement sportif s’étendra sur plus de 12 000 m² et comportera :

  • une aire de compétition homologuée (pistes de course, aire de sauts et de lancers),
  • un espace d’échauffement,
  • un espace de récupération,
  • des vestiaires, sanitaires, salle de musculation etc…

C’est l’architecte breton Jean Guervilly, qui dispose de très belles références (Palais des sports de Toulouse, Centre des Congrès de Rennes…), qui a remporté le concours d’architecture lancé en Mars 2019 en s’associant avec BVL Architecture, un autre cabinet incontournable pour la construction d’équipements sportifs. Le projet retenu intègre une démarche environnementale poussée et devrait même être labellisé E3C1, l’un des plus haut-niveau de performance énergétique.

©GUERVILLY & MAUFFRET ARCHITECTES

Initialement estimé à 13.8 Millions d’euros, le projet aurait déjà dû commencer et même être presque achevé mais…

Un imbroglio politique entre le département et la ville de Limoges qui coute cher

Chéops est un équipement départemental situé sur le territoire de la ville de Limoges. Mais entre Jean-Claude Leblois et Emile-Roger Lombertie, il existe de nombreuses divergences politiques et une animosité certaine. Ces deux-là s’empoignent fréquemment au sujet des équipements sportifs situés dans la ville et sur les coûts d’utilisation ou de fonctionnement assumés par l’une ou l’autre des collectivités… Sollicitées pour participer au projet, la Ville de Limoges a décliné l’offre du département et Limoges Métropole n’a pas encore répondu. Seule la région Nouvelle-Aquitaine, l’État et l’Europe ont validé leur subvention au financement pour environ 3 Millions d’€.

Le problème c’est qu’entre le moment où le projet a été validé et l’heure de la passation des marchés, la facture a bondi de 6 Millions d’€ en raison de la hausse du coûts des matières premières et de l’inflation. Un surcoût de plus de 40% qui porte le budget à 19.85 Millions d’€ mais que le département fait le choix d’assumer coûte que coûte . Si les marchés sont rapidement signés, le projet pourrait être livré pour l’été 2024 mais malheureusement trop tard pour les phases de préparation aux Jeux Olympiques de Paris 2024.

Le retard qui a amené à cette situation est bien sûr imputable en partie à la paralysie qui a touché le Monde pendant les premières vagues de la pandémie mais l’animosité entre le chef de la ville et celui du département pourrait avoir aggravé la situation. En effet, l’instruction du permis de construire de ce nouveau bâtiment a été particulièrement longue et a donc retardé la passation des marchés jusqu’à la période de forte inflation que nous connaissons actuellement et qui fait exploser les coûts de construction.

Du côté du département, on déplore des délais inhabituels pour obtenir la validation du permis de construire par les services d’urbanisme de la ville de Limoges, du côté de la municipalité, on crie à la diffamation et on rétorque que les dossiers présentés étaient incomplets et que le retard est donc entièrement du fait des services départementaux.

70 Millions d’€ d’investissement sportif à Limoges, des retombées très incertaines

Peu importe le coupable du retard, s’il en est un, la seule chose sûre c’est que ces surcoûts seront de toute façon assumés par les contribuables. Mais entre ce projet de presque 20 Millions d’€ à Chéops et l’important projet prévu par la municipalité à Beaublanc, et qui devrait coûter la bagatelle de 50 Millions d’€, les deux collectivités locales investissent massivement pour développer l’attractivité sportive de Limoges en espérant générer des retombées économiques.

Avec une telle ardoise, il va néanmoins falloir que de nombreuses compétitions sportives d’envergure soient organisées à Limoges pour espérer rentrer dans les frais. Le stade de Chéops est prévu pour 2024 et le nouveau Beaublanc est lui espéré pour 2025, alors si la rénovation du POLT est terminée en 2026 comme annoncé par le ministre des transports, tous les feux seront au vert pour faire de Limoges l’une des villes les plus sportives de France. Un rêve des élus qui risque malgré tout de coûter très cher aux finances locales.

Plus d’informations sur le projet de stade indoor de Chéops sur le site du département.

Brice Milbergue
Brice Milbergue
Rédacteur en chef d'Actus Limousin

A la une

Plus d'articles